Intelligence artificielle : Volkswagen s’associe à Nvidia

En mettant ses compétences en commun avec Nvidia, le Groupe Volkswagen entend étendre son utilisation de l’intelligence artificielle au-delà des véhicules autonomes.

Depuis l’an dernier, le constructeur automobile allemand a dans ses rangs un certain Patrick Van Der Smagt, chargé de diriger une équipe dédiée à l’IA au coeur d’un laboratoire de données basé à Munich. L’objectif ? Utiliser l’IA dans la robotique ainsi qu’au sein même de ses technologies d’apprentissage. Preuve qu’en matière d’IA, Volkswagen souhaite agir en profondeur, et ce au-delà des seuls véhicules autonomes, afin de générer de nouvelles opportunités.

« L’intelligence artificielle est la clé de l’avenir numérique du Groupe Volkswagen. Nous voulons développer et déployer des systèmes d’IA haute performance nous-mêmes. C’est pourquoi nous développons nos connaissances et l’expertise requise. La coopération avec Nvidia sera une étape importante dans cette direction », affirme Martin Hofmann, responsable des technologies de l’information au sein de Volkswagen.

volkswagen-nvidia-ia-1

Le groupe allemand souhaite donc prendre un virage conséquent dans le domaine des services dédiés à la mobilité. En coopérant avec le fabricant américain de semi-conducteurs sur un logiciel d’apprentissage automatique, VW confirme donc que ses ingénieurs travaillent sur des procédures visant à fluidifier le trafic routier dans les villes et les zones urbaines, tout en considérant en parallèle le potentiel d’une interaction intelligente homme-robot.

Au-delà de l’annonce de cet accord, VW et Nvidia s’associent pour aider d’autres startups émergentes dans le secteur automobile. Le VW Data Lab ouvre notamment un programme de support de démarrage spécialisé sur l’apprentissage par machine. Le premier lot comprendra cinq startups et débutera dès cet automne. Les deux entreprises s’adresseront également aux étudiants par l’intermédiaire d’un camp intitulé « Summer of Code » qui aura lieu prochainement.

Pour sa part, Nvidia travaille avec Audi (ndlr : Audi appartient à VW) sur les voitures autonomes dans l’idée d’une commercialisation prévue pour 2020. Pour l’ensemble de ses 12 marques, VW développe d’ores et déjà des services de cockpit utilisant l’IA. On sait par ailleurs que le groupe collabore également avec l’entreprise Qualcomm sur les voitures connectées et les systèmes intelligents.

Enfin, VW a annoncé que Volvo et Autoliv s’étaient engagés à vendre des voitures autonomes alimentées par sa technologie d’ici 2021. Nvidia a également signé un contrat avec les fournisseurs automobiles ZF et Hella pour élaborer des normes de sécurité supplémentaires dans sa plate-forme de véhicule autonome. Après avoir été un acteur historique du jeu vidéo, Nvidia et ses célèbres cartes graphiques a donc bien eu raison d’étendre son savoir-faire dans le secteur de l’automobile. Toujours dans cette idée de proposer un cerveau aux véhicules autonomes…

Cet article Intelligence artificielle : Volkswagen s’associe à Nvidia est apparu en premier sur Humanoïdes.

Intelligence artificielle : Volkswagen s’associe à Nvidia

Le codage pour les enfants avec Robo Wunderkind

Avec Robo Wunderkind, les enfants peuvent désormais, dès l’âge de 5 ans, parler la même langue que les robots.

Après avoir mené une campagne de financement participatif Kickstarter pour son robot accessible à tous, la société autrichienne Robo Wunderkind est de retour. En effet, son jouet robot modulable est enfin prêt à la livraison ! Et selon toute vraisemblance, c’est un véritable jeu d’enfant pour tous les minots de ce monde un brin curieux !

robot-codage-education-1

Avec Robo Wunderkind, les enfants ont simplement à taper les modules avant de les rassembler avec différentes configurations pour créer leur propre création. Une fois le robot construit, la programmation peut se faire via une application sur un smartphone, qui utilise une programmation de glisser-déposer.

Ainsi, les enfants peuvent facilement personnaliser le tableau de bord et contrôler leurs créations. Au menu ? Résolution de labyrinthes, chasses aux trésors, musique, navigation autour d’obstacles. Bref, une infinité de possibilités !

Aujourd’hui, il s’agit du premier robot de création et de programmation utilisable à partir de 5 ans ! C’es bien simple : il y a 14 manières différentes de créer des cubes, ces derniers étant même compatibles avec Lego ! Les commandes de l’application sont triées par couleurs, de manière à rendre l’apprentissage intuitif dès le plus jeune âge.

Ici, l’objectif est clairement de faire grandir les enfants en se familiarisant avec le monde de la technologie, et donc de comprendre tous les appareils électroniques qui les entourent.

Ce produit innovant est suivi de très près par un grand nombre d’éducateurs. A l’instar de Ken Willers, directeur de Madeleine School à Berkeley en Californie : « Robo Wunderkind introduit les jeunes étudiants à des compétences authentiques du 21e siècle ». Les kits robotiques sont déjà pré-commandés dans plus de 60 pays, y compris la France. Et les demandes ne font qu’augmenter, notamment via le site internet de la société. La livraison est prévue pour la fin de l’année 2017.

robot-codage-education-3
Yuri Levin, Anna Iarotska et Rustem Akishbekov (de g. à d.), les fondateurs de Robo Wunderkind.

Tout cela est le fruit d’un travail mené depuis trois ans. Les fondateurs, Rustem Akishbekov, Anna Iarotska et Yuri Levin, ont réuni une équipe d’ingénieurs et designers passionnés, tous au service d’un robot accessible.

Leur tout premier produit était un robot éducateur qui était synchronisable avec des applications via des smartphones pour aider les enfants à comprendre les principes de la programmation. On sait également que Robo Wunderkind a fait partie du premier et du plus grand accélérateur informatique, HAX en 2014, avant d’être finaliste du TechCrunch Disrupt SF Startup Battlefield en 2015.

Qui a dit que le futur n’était pas accessible aux jeunes programmeurs ?

Cet article Le codage pour les enfants avec Robo Wunderkind est apparu en premier sur Humanoïdes.

Le codage pour les enfants avec Robo Wunderkind