Agriculture : la digitalisation des fermes se poursuit

De nombreux projets financés par l’Union Européenne sont en train d’émerger afin de permettre une agriculture précise, compétitive et respectueuse de l’environnement.

Ce n’est pas nouveau, les objets connectés sont depuis un moment devenus une réalité dans le milieu agricole. Des outils d’aide à la décision aux nouveaux outils de traitements de données en passant par les capteurs d’état du végétal, des animaux ou du milieu, ou même les capteurs embarqués sur les machines agricoles, de nouvelles technologies contribuent sans cesse à l’essor d’une agriculture 2.0.

L’offre commerciale n’arrête pas de se développer. C’est en tout cas le constat dressé par l’Association francophone d’informatique en agriculture (AFIA) et le Réseau Numérique & Agriculture de l’ACTA, suite à une conférence organisée en partenariat avec Arvalis au coeur de la Digiferme de Boigneville, située dans l’Essonne, à 75 km au sud de Paris.

En effet, les agriculteurs pourraient bientôt utiliser des engrais via des essaims de drones, et protéger ainsi davantage l’environnement. « Nous observons le comportement des abeilles. Nous comprenons comment les abeilles résolvent les problèmes et avec cela, nous obtenons des règles d’interaction qui peuvent être adaptées pour nous dire comment les essaims de robots devraient fonctionner ensemble », a déclaré Vito Trianni de l’Institut des sciences cognitives et des technologies du Conseil national italien de la recherche.

agriculture-drones-robotique-1

Vito Trianni dirige un projet de recherche financé par l’UE connu sous le nom de SAGA, qui utilise le pouvoir de la pensée collective robotique pour conserver les cultures libres de mauvaises herbes. Il poursuit : « Nous pouvons utiliser des robots peu coûteux et des caméras peu coûteuses. Ils peuvent même être susceptibles d’être endommagés, mais grâce à la coopération, ils pourront générer des cartographies précises. Ils seront d’abord répartis sur le terrain pour l’inspection à faible résolution, mais décideront ensuite des domaines qui nécessitent plus d’attention. Ils peuvent se rassembler en petits groupes plus près du sol ».

Dans les mois à venir, un essaim de quadrotors sera relâché sur un champ de betteraves à sucre. Ils resteront en contact radio entre eux et utiliseront les algorithmes appris des abeilles pour coopérer et mettre en place une cartographie de mauvaises herbes. Cela devrait permettre une pulvérisation ciblée de mauvaises herbes ou leur élimination mécanique sur des fermes biologiques. Aujourd’hui, la façon la plus courante de contrôler les mauvaises herbes est de pulvériser des champs entiers avec des produits chimiques herbicides. Une pulvérisation plus intelligente permettra au monde agricole de faire des économies, tout en réduisant l’impact négatif sur l’environnement.

Des technologies idéales pour les grandes exploitations 

Les essaims de drones pour la cartographie des champs de cultures offrent un service aux agriculteurs. Mais les coopératives agricoles pourraient elles-mêmes acheter des essaims. « Il n’est pas nécessaire de les piloter tous les jours sur votre terrain, il est donc possible de partager la technologie entre plusieurs agriculteurs », a déclaré Vito Trianni.

D’un poids de 1,5 kg, les drones peuvent voler environ 20 à 30 minutes. Pour les grands champs, les essaims de drones pourraient fonctionner par l’intermédiaire d’équipes de relais, les drones débarquant étant remplacés par d’autres. C’est le genre de technologie qui convient parfaitement aux grandes exploitations d’aujourd’hui. C’est le même principe d’une technologie à distance qui combine des informations sur les capteurs sur le terrain et des données satellitaires pour indiquer aux agriculteurs combien d’azote ou d’eau leurs champs ont besoin.

agriculture-drones-robotique-2

En ce mois d’août, la récolte de blé dans un champ de Boigneville a été effectué au profit de ces données, dans le cadre d’un projet financé par l’UE connu sous le nom de IOF2020, qui implique 70 partenaires et environ 200 chercheurs. « Les capteurs coûtent de moins en moins, alors, à la fin du projet, nous espérons avoir quelque chose que les agriculteurs ou les coopératives agricoles peuvent déployer dans leurs domaines. Cela permettra aux agriculteurs d’être plus précis et de ne pas abuser de l’azote ou de l’eau », explique Florence Leprince, scientifique chez Arvalis, l’Institut du végétal français. Une avancée nécessaire car, pour l’heure, les images satellites peuvent indiquer la quantité d’azote dans une culture, mais pas dans le sol. Les capteurs ajouteront des détails utiles pour les agriculteurs.

C’est finalement un projet semblable à celui des coupe-haies robotiques développés par un groupe distinct de chercheurs. « L’utilisateur esquissera le jardin et quelle haie doit être découpée, mais pas besoin que ce soit trop précis. Le robot entrera dans le jardin et reviendra avec un plan d’esquisse rangé. À ce moment-là, l’utilisateur peut dire : aller couper cette haie ou marquer les indications sur la carte », a déclaré Bob Fisher, chercheur en vision informatique à l’Université d’Édimbourg, au Royaume-Uni, et coordinateur du projet TrimBot2020 financé par l’UE. Cet automne, le bras et la base du robot seront réunis, avant que ce dernier soit véritablement mis en marche, et de façon autonome, au printemps 2018.

Le futur des cyber-fermes européennes est bel et bien en train de s’écrire.

Cet article Agriculture : la digitalisation des fermes se poursuit est apparu en premier sur Humanoïdes.

Agriculture : la digitalisation des fermes se poursuit