Le robot chirurgien STAR opère des tissus mous pour la première fois de façon autonome

Une équipe de chercheurs et docteurs de l’Institut Sheikh Zayed Institute pour la recherche en chirurgie pédiatrique (créé en 2010 à Abu Dabi aux Emirats Arabes Unis) a démontré que le recours à un robot chirurgien pour opérer sur des tissus mous était non seulement possible mais que le robot surpassait même le chirurgien en terme d’efficacité et de précision.

Avec ce bras collaboratif Kuka, plus de soucis à se faire. Publié dans la revue Science Translational Medicine, l’article de recherche montre que les expérimentations menées à la fois sur des tissus vivants et non vivants ont été concluantes. Le robot Smart Tissue Autonomous Robot (STAR), a dévoilé tout ses talents de chirurgien en opérant des points de sutures sur des tissus mous de cochon sans intervention d’un être humain. Chaque année, ce sont plus de 44 millions d’opération des tissus mous qui sont menés aux Etats-Unis. Voilà donc une sacrée montagne de travail pour le robot STAR.

Le robot STAR opère de tissus mous de façon autonome

Ce qui est étonnant avec ce robot, c’est qu’il s’avère meilleur que les techniques actuelles de nos chirurgiens” commente Peter Kim, professeur à l’Institut Sheikh Zayed et chirurgien en chef de l’opération. Et pour cause, le robot n’est pas vulnérable aux aléas du corps humain. Il ne connaît ni la fatigue, ni la distraction, ni le stress, ni même l’imprécision. De telle sorte que “sur 20 points de sutures, un chirurgien en réussira 19 maximum, tandis que le robot réussira imperturbablement chacune d’entre elles“. Un robot chirurgien particulièrement responsable puiqu’il est à 60% autonome indique le professeur, avant de préciser que les 40% restants ne concernent que des ajustements mineurs, “comme lorsqu’on se fait un sang d’encre pour son bébé alors qu’il se met à marcher“. Il rappelle toutefois que leur robot pourrait très bien s’en tirer sans aucune aide extérieure.

Ces systèmes intelligents vont à la fois diminuer les marges d’erreurs tout en augmentant les chances de succès des opérations. Pour y parvenir le robot STAR combine un système de traçage avec marqueurs de fluorescence proche infrarouge, une nouvelle technique d’imagerie médicale, et une vision 3D plénoptique de façon à fournir une imagerie haute-définition et en temps réel des tissus mous opérés. Les mouvements et actions de STAR sont pilotés par un algorithme qui ajuste de façon autonome le protocole d’opérations en fonction des changements perçus.

En utilisant des nouvelles techniques de pistage des tissus mous, un dispositif de mesure des forces combiné à un logiciel de suture automatique, notre système robotisé peut détecter des mouvements de tissus inattendus et réagir en temps réel” explique Axel Krieger, chef de la section Smart Tools de l’Institut Sheikh Zayed.

Le robot STAR opère des tissus mous

L’objectif de cette expérience n’est pas de remplacer les chirurgiens, mais d’augmenter les chances de réussite des opérations en développant les capacités humaines grâce à une vision, une dextérité et une complémentarité grandies par l’utilisation d’une machine intelligente” conclut Peter Kim. Et pour cause, les médecins ne sont pas prêts d’accepter de donner leur place à des robots. En atteste la fronde des anesthésistes américains contre le robot Sedasys de Johnson & Johnson pourtant autorisé par la Food and Drug Administration.

C’est sur ce constat que le robot Da Vinci a fait son succès. Plutôt que d’éradiquer l’humain du processus, le robot Da Vinci est un robot-chirurgien piloté à distance par un médecin, ce qui a grandement participé de son acceptation par le corps médical. A l’instar des premières fonctionnalités autonomes des voitures, comme le régulateur de vitesse ou le parking automatique, le robot STAR se contente de remplacer l’homme dans des tâches très précises. Dans cette opération, le robot n’a pas mené l’opération entièrement seul. Non seulement il était placé sous la supervision d’humains, mais il était également en partie assisté dans certaines tâches par un chirurgien, qui s’est occupé par exemple d’écrire le protocole d’opération, de faire l’incision de départ et de “nettoyer” le passage avant que le robot n’entre en action.

Cet article Le robot chirurgien STAR opère des tissus mous pour la première fois de façon autonome est apparu en premier sur H+ MAGAZINE.

Le robot chirurgien STAR opère des tissus mous pour la première fois de façon autonome