Les drones séduisent moins les investisseurs

Alors que l’entreprise chinoise DJI domine les ventes des drones de loisirs, le financement des drones est en baisse.

Selon le rapport annuel réalisé par AgFunder, qui dresse une synthèse des levées de fonds réalisées par les entreprises du secteur robotique, le financement des drones en 2016 a diminué de 64% par rapport aux niveaux de 2015. Autrement dit, les capitaux collectés par les sociétés évoluant dans ce secteur ont très nettement reculé.

En 2015, selon AgFunder, le plus gros contrat de drone a été évalué à 75 millions de dollars pour DJI, leader mondial dans la fabrication de drones de loisir. Suivi par 3D Robotics et son contrat à 64 millions de dollars.

drone-marche-financement-1

Si ces levées de fonds ont baissé, c’est qu’elles se sont surtout déplacées vers les prestataires de service au détriment des fabricants. En outre, le type d’entreprises financées oeuvrent dans le capteur, les services périphériques basés sur l’analyse, plutôt que dans la fabrication de drones.

Ainsi, le secteur des drones ne fascine plus autant les investisseurs. Leur enthousiasme se porte désormais sur autre chose. En effet, l’inspection d’infrastructures et la livraison constituent les secteurs les plus prometteurs pour les drones.

Les drones de service ont toujours la cote

Selon The RobotReport, la plus grosse opération (43,8 millions de dollars) de 2016 a concerné Zipline International. Cette société californienne vise le marché de la livraison aérienne, notamment pour transporter vaccins, médicaments ou prélèvements sanguins en Afrique.

En seconde position, on trouve Airware (30 millions de dollars) qui fabrique des autopilotes. Airware a ainsi pu racheter la société française Redbird, spécialisée dans le traitement de données numériques. Viennent ensuite les 27 millions de dollars pour 3D Robotics qui a permis au constructeur américain de passer de la commercialisation de drones de loisirs au traitement de données (cartographie, inspection) pour les secteurs de la construction, des télécoms ou de l’énergie.

drone-marche-financement-3

En vérité, les drones continuent donc d’intéresser les investisseurs pour les services qu’ils permettent d’offrir : de la collecte au traitement de données numérisées en passant par la logistique. Aujourd’hui, seul le chinois DJI, qui détient les deux-tiers du marché des drones de loisirs, résiste. Le principal fabricant de quadcopter au monde continue de multiplier les lancements de nouveaux produits. Selon Bloomberg Businessweek, DJI, qui conçoit ses produits dans ses usines de Shenzhen, est évalué à 10 milliards de dollars. Tous ses sous-traitants sont également à Shenzhen, ce qui rend contrôlable la chaîne d’approvisionnement. DJI produit ainsi de nouveaux drones tous les 6 mois, défiant toute concurrence.

Les limites communes auxquelles font face tous ses fabricants et fournisseurs de services ? La réglementation concernant la ligne de visée et l’autonomie, la durée de vie limitée des batteries, les problèmes de connectivité, le traitement et l’analyse d’images ou encore la capacité de charge utile limitée… Tout reste à inventer.

Cet article Les drones séduisent moins les investisseurs est apparu en premier sur Humanoïdes.

Les drones séduisent moins les investisseurs