L’Iron Man indonésien se fabrique un bras bionique do it yourself

En Indonésie, un jeune soudeur aurait fabriqué sa propre prothèse bionique reliée à son cerveau. Savant mélange de steam punk, de bricolage et de mysticisme, la machine a toutefois attiré l’attention des médias du monde entier, au premier rang desquels figure la presse locale, qui le surnomme déjà Iron Man.

En Indonésie, le système de santé est bien loin de pouvoir rivaliser avec les systèmes de protection sociale européens comme la sécurité sociale ou le NHS britannique. Cet archipel du pacifique est le plus peuplé de la région, avec plus de 250 millions d’habitants. Bien que le pays connaît une croissance économique forte, qui s’accompagne logiquement d’un enrichissement de la population, il connaît un taux de pauvreté encore élevé avec plus de 50% de sa population concernée en 2013 contre presque 80% dans les années 1980. Le taux de mortalité infantile y demeure très élevé avec 27% des enfants qui meurent avant leur cinq ans. L’espérance de vie y est 69 ans et le pays ne dispose que d’un lit d’hôpital pour 1000 habitants, contre 6,2 en Belgique ou 6,4 en France. Enfin, le pays se classe à la 112em place mondiale en terme de développement humain (IDH : espérance de vie, éducation, et PIB).

Toujours est-il qu’un certain Wayan Sumardana, habitant d’un petit village de l’île de Bali, a défrayé la chronique en attirant l’attention des médias du monde entier. L’indonésien de 31 ans, qui se dit “passionné depuis [sa] naissance par les machines” serait parvenu à concevoir et fabriquer sa propre prothèse bionique connecté à son cerveau.

Wayan Sumardana et son bras bionique

Tout commence six mois auparavant. Le soudeur se réveille un matin, incapable de bouger son bras gauche, ayant perdu toute sensibilité. Il rend visite au shaman du village, qui abandonne rapidement ce cas désespéré. Durant plusieurs mois l’indonésien se révèle incapable de travailler. Sans argent, sans travail, l’idée de fabriquer son propre bras bionique éclos. Le soudeur n’a reçu aucune éducation poussée dans le domaine, il n’est jamais allé à l’université, mais il a pu découvrir les bases d’ingénierie électronique petit à petit puis dans une école technique. Il est devenu l’homme à tout faire, celui qui répare tout au village : les téléviseurs, les frigos ou bien les ventilateurs.

Pour concevoir son bras bionique, Wayan Sumardana s’est procuré de la ferraille, une batterie lithium, des engrenages, des câbles de dynamo et une multitude de composants électroniques en tout genre. C’est dans son atelier rempli de babioles et de matériaux de récup, où il vit avec sa femme et ses trois fils, qu’il a conçu sa prothèse.

La presse indonésienne le surnomme déjà “Iron Man” et il reçoit régulièrement la visite de nombreux journalistes, et même du gouverneur de Bali qui s’est rendu en personne dans le village pour féliciter le phénomène Iron Man.

Mais les journalistes de la BBC qui ont rapporté l’histoire ainsi que certains scientifiques émettent de sérieux doutes quand à la capacité de fonctionnement de sa machine. Mélange de câblages, d’engrenages et de signaux neuronaux, le bras bionique fonctionnerait “comme un détecteur de machine“, explique-t-il, “j’envoie un signal avec mon cerveau, et le message est capturé par la machine qui le traduit en mouvements“. Avant d’ajouter qu’il ne s’agit en aucun cas d’un coup de génie : “tout le monde aurait pu le faire“. Reste à savoir si l’homme jouit d’un certain talent insoupçonné pour la mécanique électronique ou s’il ne raconte pas simplement des histoires pour attirer l’attention.

bras-bionique-indonesie-2016-cover

bras-bionique-indonesie-2016-2

Au micro de la BBC, un professeur d’ingénierie mécanique de l’université Udayana de Bali, témoigne de sa perplexité. La machine consisterait en “une structure robotique, mais il manque de nombreux composants essentiels, […] comment une machine pourrait-elle obéir aux ordres, sans programmation au préalable ?” s’interroge dubitatif le professeur. Dans une vidéo d’explication, l’ingénieur autodidacte explique que la machine peut lire ses pensées grâce à un bandeau parsemé d’électrodes et placé sur son crâne.

La machine finale est un brillant mélange de steam punk et de bricolage. Des fils et des tuyaux en tout genre sortent ici et là, connectent un dispositif à un autre sans que l’on sache vraiment à quoi ils servent, mais la machine reste impressionnante, du moins visuellement.

Alors folle histoire ou réalité ? Dans tous les cas, si l’objectif était de défrayer la chronique pour attirer de la clientèle dans son petit atelier de soudure, c’est réussi !

Crédits Photos : BBC.

Sources statistiques : Banque Mondiale et OCDE.

Cet article L’Iron Man indonésien se fabrique un bras bionique do it yourself est apparu en premier sur Humanoides.fr.

L’Iron Man indonésien se fabrique un bras bionique do it yourself