World Drone Prix : Dubaï a sa course de drones, elle aussi

Dubaï accueille ces jours-ci une course de drones dans la ville. Les qualifications se sont déroulées cette semaine. Les 32 équipes finalistes s’affrontent entre aujourd’hui et demain. Retour en images sur un évènement qui va marquer l’histoire.

Les Emirats Arabes Unis ont depuis longtemps les yeux tournés vers les drones. Après les Etats-Unis et sa Drone Racing League, Dubaï a lancé sa propre course baptisée World Drone Prix. A la différence du championnat américain, le public pourra assister aux courses, protégé derrière des filets. Les organisateurs du WDP ont également déployé sur le site à un impressionnant dispositif de captation comprenant 8 caméraman et 20 caméras. Les courses ont lieu en pleine ville, près de la tour emblématique Skydive Dubai.

Elles étaient 70 au départ. Il ne reste plus que 32 équipes à s’affronter les 11 et 12 mars, sous une météo plutôt clémente selon les prévisions. Les organisateurs ont annoncé une récompense atteignant 1,000,000 $ que se partageront les meilleures gagnantes. Pour la petite anecdote : deux jeunes de 11 et 14 ans ont réussi à passer le tour des qualifications. Ca promet !

Voici les images des premiers jours.

Cet article World Drone Prix : Dubaï a sa course de drones, elle aussi est apparu en premier sur H+ Magazine.

World Drone Prix : Dubaï a sa course de drones, elle aussi

Less than meets the eye: How do computers — or our brains — recognize images?

We do not merely recognize objects — our brain is so good at this task that we can automatically supply the concept of a cup when shown a photo of a curved handle or identify a face from just an ear or nose. Neurobiologists, computer scientists, and robotics engineers are all interested in understanding how such recognition works — in both human and computer vision systems. New research suggests that there is an “atomic” unit of recognition — a minimum amount of information an image must contain for recognition to occur.
Less than meets the eye: How do computers — or our brains — recognize images?