Les 5 drones qu’il ne fallait pas manquer en 2015

On les a vu partout au cours de l’année et on a pas fini d’en entendre parler : tour d’horizon des drones qu’il ne fallait pas manquer en 2015.

Le drone miniature

Avec ses dimensions de 2,2 x 2,2 x 1.9 centimètres, Skeye Pico est officiellement le plus petit drone du monde. Créé par l’entreprise TRNDLabs, ce mini drone de loisirs est vendu avec une manette qui lui sert aussi de caisse de transport. 

C’est un poids plume, 7 grammes, qui embarque malgré tout une mini caméra HD. Il sera apprécié des sportifs désireux de filmer leurs exploits sans encombrement supplémentaire. Côté autonomie, il faut évidemment faire des concessions avec seulement 7 à 8 minutes de vol pour 30 minutes de recharge.

Skeye Pico Drone : le plus petit drone au monde

Le drone en papier

Autre poids plume avec ses 31 grammes : l’Orizuru. La société LAPIS Semiconductor a présenté son premier prototype d’avion en papier et a fait sensation en octobre dernier. Il est composé d’un squelette en fibres de nylon et d’une superposition de couches de papiers qui lui permettent de fixer les batteries et les capteurs sans s’alourdir. Inspiré des grues en origami asiatiques, le drone est aussi fragile qu’esthétique.

Drone en papier

Le drone ultra-agile

A 50 kilomètres / heures, le Pushbroom Stereo du MIT est capable d’éviter des obstacles de manière autonome. Comment ? Les deux caméras fixées sur ses ailes capturent jusqu’à 12 images par seconde et lui offrent  une vision en relief de son environnement. Un algorithme complexe lui permet d’analyser en temps réel ces images et de détecter et d’éviter n’importe quel objet sur son chemin. Un exploit largement partagé sur Youtube. 

Les drones qui construisent des ponts

Ces trois drones sont capables de construire un pont suspendu, praticables par l’homme, en seulement deux minutes. Le tout sans aucune intervention humaine. Un tour de force réalisé par l’Ecole Polytechnique de Zurich. 

Comment ? Chaque drone est équipé d’une bande réfléchissante, captée par des caméras infrarouges dans la pièce. Leurs mouvements sont retransmis en temps réel à un ordinateur capable de coordonner la construction et d’anticiper la position des cordes. Les drones communiquent également entre eux en permanence pour éviter les collisions. 

Les drones qui protègent des attaques de requins

La ville de Coffs Harbour en Australie devrait prochainement lancer le premier programme de surveillance et de prévention des attaques de requins par drone. « Il n’y a aucune solution simple pour réduire le risque pour les nageurs et les surfeurs. Nous nous engageons à tester le meilleur de la science, y compris les nouvelles technologies afin de trouver une solution efficace sur le long terme pour garder nos plages sûres ». Les drones seront équipés de caméras et de capteurs GPS pour suivre en direct les mouvements des squales et alerter les équipes d’intervention en cas de besoin.

drone surveillance requins

BONUS – Et l’année prochaine ? Le drone sous-marin nucléaire dont on aurait pas dû entendre parler

Une rencontre filmée de Vladimir Poutine et de ses responsables militaires russes a laissé apparaître, en novembre, les plans d’une arme encore à l’état de projet. Il s’agirait d’un tout nouveau modèle de drone-missile appelé “Ocean Multipurpose System” propulsé sous l’eau depuis un sous-marin, et capable de porter des charges nucléaires. Une information que les russes auraient sans doute préféré garder pour eux.

Plans secrets sous-marin drone russe

Marlène Moreira (@mrlnmoreira)
Ex-Aldebaran et passionnée d’innovation et de robotique.

Cet article Les 5 drones qu’il ne fallait pas manquer en 2015 est apparu en premier sur H+ Magazine.

Les 5 drones qu’il ne fallait pas manquer en 2015

Les robots FANUC aident une biscuiterie belge à augmenter sa production de 50%

La biscuiterie belge Thijs a augmenté sa production de gaufres de 50% en automatisant sa ligne d’emballage avec six robots FANUC M-2iA. Retour sur son installation…

Pour faire face à l’augmentation des commandes provenant des hypermarchés (Aldi, Lidl, Carrefour…), Thijs a décidé de robotiser sa ligne de production en installant six robots Fanuc dotés de fonctionnalités avancées. Ces robots ont été placés dans la zone située entre la ligne d’approvisionnement et la machine d’emballage elle-même. Résultat : les robots sont capables d’emballer 450 gaufres par minute, soit une augmentation de 50% par rapport à l’ancienne ligne de production, qui était composée d’opérateurs humains.

Au début, nous voulions engager plus d’opérateurs, mais nous n’en avons pas trouvé suffisamment sur le marché du travail. Rares sont ceux qui veulent occuper ce type de poste et, parfois, les candidats ne sont pas capables d’effectuer les manipulations requises, car la tâche est intensive et nécessite un haut niveau de coordination” explique Geert Smolders, directeur adjoint de la biscuiterie Thijs.

De plus, la qualité et l’hygiène ont progressé. Le gaspillage est également en recul, car les opérateurs humains avaient tendance à casser les bords des gaufres, ce que les robots ne font pas. “Nous avons opté pour des robots afin d’éviter tout contact humain avec la nourriture. Cela favorise de meilleures conditions d’hygiène tout en augmentant la rentabilité de la ligne. Nous avons reçu de plus en plus de commandes pour ce type de gaufres et nous avons souvent dû en produire de plus grandes quantités.

Des robots dans une biscuiterie

Les six robots FANUC M-2iA sont équipés du système de caméra iRVision qui analyse les gaufres et détecte leurs contours. Huit gaufres sont placées côte à côte sur une courroie à deux bandes et sont emballées deux par deux. FANUC permet d’ajuster individuellement chaque mouvement du robot, ce qui a facilité son intégration dans cette ligne de production.

La biscuiterie Thijs est entièrement satisfaite par l’arrivée de ces robots mais également par la facilité d’intégration et de programmation. Le logiciel fourni avec les unités de commande a couvert 70 % des besoins de l’entreprise. Les 30 % restants ont été programmés avec le soutien technique de FANUC, qui a apporté sa connaissance pour développer le processus global de pick & place de la ligne d’emballage.

Si les M-2iA de FANUC aident maintenant la société Thijs à emballer plus rapidement et hygiéniquement les gaufres, ils ont également réduit les pannes car la ligne comprend moins de pièces mécaniques. Les opérateurs peuvent nettoyer la ligne trois fois plus vite qu’avant. Tout cela contribue à réduire les temps d’arrêt et donc à augmenter le rendement.

Cet article Les robots FANUC aident une biscuiterie belge à augmenter sa production de 50% est apparu en premier sur H+ Magazine.

Les robots FANUC aident une biscuiterie belge à augmenter sa production de 50%