KR CYBERTECH nano : la nouvelle série de robots KUKA de faible charges est arrivée

La nouvelle série de KUKA KR CYBERTECH nano est synonyme d’une plus grande performance dans la catégorie des robots pour faibles charges.

KUKA propose désormais de nouveaux robots de haute performance dans la catégorie des faibles charges – la série KR CYBERTECH nano. Dans la gamme de robots pour les charges de 6 à 10 kg, la série KR CYBERTECH nano se distingue surtout par sa compacité sans précédent. Ces robots à bras ergonomiques et agiles, avec une grande portée, remplacent les modèles précédents de KUKA : KR 5, KR 6-2 et KR 5 arc et établissent de nouveaux standards dans la catégorie.

En effet, l’ergonomie, l’agilité ainsi que la flexibilité de ces robots, leur permettent d’être performants et convaincants ; et ce même dans des espaces confinés. L’automatisation croissante dans l’industrie générale, facilite l’accès aux robots dans de nouveaux secteurs industriels. En plus de leur précision et robustesse, on assiste à une meilleure efficacité énergétique et leur agilité et manoeuvrabilité dans les espaces restreints se perfectionnent également. Ainsi, la nouvelle série KR CYBERTECH nano de KUKA possède toutes ces qualités.

KR CYBERTECH nano est constituée de deux gammes de produits – KR CYBERTECH nano pour la manipulation et l’assemblage de petites pièces et KR CYBERTECH ARC nano, spécialisée dans les applications de soudage. Les deux gammes sont disponibles en différentes variantes de charge utile : le KR CYBERTECH nano de 6, 8 ou 10 kg de capacité de charge avec des rayons d’action respectifs de 1820, 1620 et 1420 mm, et le KR CYBERTECH ARC nano de 6 ou 8 kg de capacité de charge, pour des rayons de 1820 et 1 620 ou 1 420 mm.

« L’objectif le plus important pour nous était d’améliorer de manière significative la compacité et les performances du robot », explique Markus Hollfelder-Asam, chef de produit de la nouvelle série KR CYBERTECH chez KUKA Robotics. « Et cela a parfaitement fonctionné. Le volume du nouveau KR 8 R1620 est de 47% inférieur à celui de son prédécesseur, le KR 6-2, malgré la capacité de charge et le rayon d’action plus importants », dit Hollfelder-Asam. Sa petite taille permet l’économie de l’espace et la réduction du coût des matières premières. « Nous avons considérablement optimisé les contours du robot et en même temps le design épuré du poignet garantit la plus grande accessibilité, même dans des espaces restreints. »

Deux bras robots Kuka KR Cybertech nano

Plus compact, plus robuste, moins encombrant

Pour les applications de manutention, la gamme de produits KR CYBERTECH nano est également disponible avec l’option haute protection (HP). Grâce à cette option, l’ensemble du robot a un indice de protection IP65 et est ainsi parfaitement protégé contre la poussière et les jets d’eau. De plus, le poignet du robot, avec sa protection IP67, peut également résister à des températures élevées, à de grandes quantités de poussière de façon permanente, ainsi qu’aux lubrifiants et liquides de refroidissement. Même une immersion temporaire dans l’eau n’a pas d’effets indésirables.

En outre, le robot de soudage KR CYBERTECH ARC nano, avec son arbre du poignet creux et un diamètre de 50 mm, permet au robot de se positionner à proximité de la pièce à travailler. Cette configuration supprime le risque d’effets néfastes des habillages de protection des robots sur la qualité de la soudure. La rotation infinie du sixième axe permet d’éliminer les pertes de temps de cycle associées à la remise du poignet en position de départ, en augmentant ainsi la productivité. De plus, une caractéristique qui sera particulièrement intéressante pour les intégrateurs dans le secteur du soudage est la spacieuse zone libre au niveau de l’axe 3. Cela garantit l’optimisation de l’intégration de l’armoire de soudage à proximité du robot. Comparé à d’autres robots de soudage, cela implique d’importantes économies de l’espace dans la cellule.

Une vaste gamme en préparation

Alors que la gamme « nano » est la plus petite de cette nouvelle série, KR CYBERTECH présentera bientôt une gamme complète pour le segment des charges jusqu’à 22 kilogrammes. Une fois de plus, deux gammes de produits seront proposées – KR CYBERTECH pour les tâches de manutention et de montage et KR CYBERTECH ARC comme expert de soudage avec son arbre du poignet creux. KUKA complètera ainsi son portefeuille et offrira la plus grande gamme de robots au monde dans cette catégorie.

Deux bras robots Kuka KR Cybertech nano dans hangar

Plus d’informations sur www.kuka-robotics.com/

Cet article KR CYBERTECH nano : la nouvelle série de robots KUKA de faible charges est arrivée est apparu en premier sur H+ Magazine.

KR CYBERTECH nano : la nouvelle série de robots KUKA de faible charges est arrivée

Exposition « Persona, étrangement humain » : quels robots pour nous entourer demain ?

Les débats sur les progrès de la robotique, de l’intelligence artificielle ou du transhumanisme interrogent sur le rapport de l’Homme à ses limites corporelles et intellectuelles.

L’exposition PERSONA au Quai Branly du 26 janvier au 13 novembre 2016 met le visiteur face à une question cruciale : de quoi voulons-nous nous entourer ? Des sculptures africaines aux love-dolls japonaises, plus de 230 objets et inventions surprennent et interpellent.

Toutes les cultures, des plus anciennes aux plus contemporaines, ont cherché à personnifier les objets qui l’entourent. Mais les statuettes en bois et autres marionnettes ont plus récemment laissé place à des artefacts perfectionnés, les robots. Faut-il qu’ils nous ressemblent ? Doivent-ils être considérés comme des personnes « non humaines » comme les autres, au même titre qu’un animal de compagnie par exemple ?

« Par la nature même des pièces présentées et le parti-pris scénographique, l’exposition devient un terrain d’expérimentation inédit, proposant à chacun de « tester » ses propres réactions face aux différents objets habités », Emmanuel Grimaud, anthropologue et commissaire de l’exposition.

Donner un sens à ce qui n’est pas humain

Les deux premières parties de l’exposition introduisent la question de la robotique en s’intéressant à la faculté qu’a l’Homme à donner des caractéristiques humaines à ce qui l’entoure. La célèbre expérience d’Heider et Simmel montre que, face à des figures géométriques simples et animées, le spectateur ne peut s’empêcher d’attribuer des intentions et d’imaginer une histoire. Jugez-en par vous-même :

La vallée de l’étrange

Cette partie de l’exposition invite le visiteur à déambuler dans la « vallée de l’étrange », où se côtoient des objets plus fascinants et dérangeants les uns que les autres. Ils illustrent cette coexistence entre la curiosité, l’empathie et la répulsion que peuvent produire des objets aux formes quasi-humaines.

Une maison témoin pour explorer le futur

La dernière partie plonge le visiteur dans une maison dans laquelle ont été installés divers objets et créatures artificielles. Dans la chambre du futur, on retrouve le célèbre robot-peluche Paro ou encore une Love Doll japonaise, qui interrogent sur nos rapports affectifs et sexuels de demain. Puis la cuisine, le salon et le garage contiennent eux aussi toutes sortes de curieux objets, plus ou moins aux marges de la robotique officielle.

Une exposition surprenante et déstabilisante qui pousse à s’interroger sur le rapport que nous entretenons avec ce qui nous entoure, et les liens que nous serons amenés à tisser avec nos futurs compagnons robotiques.

Informations :
Exposition du du mardi 26 janvier 2016 au dimanche 13 novembre 2016
Mezzanine Ouest du Quai Branly – 37 Quai Branly, 75007 Paris

Crédit photo : Doll Story, Roseline de Thélin, Musée du Quai Branly, Thierry Ollivier, Michel Urtado, Jenni

Marlène Moreira (@mrlnmoreira)
Ex-Aldebaran et passionnée d’innovation et de robotique.

Cet article Exposition « Persona, étrangement humain » : quels robots pour nous entourer demain ? est apparu en premier sur H+ Magazine.

Exposition « Persona, étrangement humain » : quels robots pour nous entourer demain ?

Solidworks World 2016 ouvre ses portes à Dallas

Du 31 janvier au 3 février se tient à Dallas (Texas) la grande convention annuelle organisée par Dassault Systèmes, SolidWorks World, qui rassemble tous les ans partenaires et clients autour d’un principe : innover.

Au programme du SOLIDWORKS WORLD 2016 : 4 jours intenses ponctués de keynotes, de démonstrations, de formations, de rencontres autour de l’innovation et de la conception 3D. Comme à l’habitude, la grande communauté d’utilisateurs de Solidworks a répondu présent, avec plus de 5000 personnes qui se sont rendues sur place. Dans quelques heures, s’enchaîneront sur la scène principale les conférences de haut vol d’experts en DAO (dessin assisté par ordinateur), designers, makers, mais également des personnalités qui font avancer la technologie.

Les 4 interventions les plus attendues sont les keynotes de :

BeharY_SpeakersPhoto_Large
Yves Behar, designer – Yves Behar a produit certains des objets les plus innovants jusqu’à aujourd’hui, comme la lampe Leaf, le casque Jawbone, et l’ordinateur portable XO pour l’opération One Laptop per Child (un portable pour chaque enfant).

 

diamandis_peter_photo_large
Peter Diamandis, entrepreneur – Peter Diamandis dirige la Fondation X PRIZE, qui subventionne des projets permettant des « percées radicales pour le bienfait de l’humanité », comme les vols spatiaux, les diagnostics médicaux à faible coût à partir d’appareils mobiles, et le nettoyage des océans.

 

Pogue_David_Photo_Large
David Pogue, journaliste – David Pogue est le fondateur de Yahoo Tech après avoir occupé le poste de chroniqueur spécialisé en technologie au sein du New York Times pendant 13 ans.

 

 

15.12.DSC_4903a
Neil Gershenfeld, fondateur des Fab Labs – En tant que Directeur du Cener for Bit and Atoms au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Neil Gershenfeld explore les frontières entre les mondes physiques et numériques.

 

Simultanément, se tiendront plus de 200 sessions de groupe sur des sujets allant de l’automatisation du design et du design électrique à la simulation et à la gestion de données de produit.

Pour suivre l’évènement sur les réseaux sociaux guettez le hashtag #SWW16.
L’équipe d’H+ Magazine couvrira le salon en direct de Dallas. Suivez notre compte Twitter : twitter.com/humanoides_fr
Plus d’infos sur le site officiel www.solidworks.com/sww/

Cet article Solidworks World 2016 ouvre ses portes à Dallas est apparu en premier sur H+ Magazine.

Solidworks World 2016 ouvre ses portes à Dallas

Solid works World 2016 : le grand rassemblement de l’innovation

Du 31 janvier au 3 février se tient à Dallas (Texas) la grande convention annuelle Solidworks World, organisée par Dassault Systèmes et rassemblant tous ses partenaires et clients.

Au programme du SOLIDWORKS WORLD 2016 : 4 jours intenses ponctués de keynotes, de démonstrations, de formations, de rencontres autour de l’innovation et de la conception 3D. Comme à l’habitude, la grande communauté d’utilisateurs de Solidworks a répondu présent, avec plus de 5000 personnes qui se sont rendues sur place. Dans quelques heures, s’enchaîneront sur la scène principale les conférences de haut vol d’experts en DAO (dessin assisté par ordinateur), designers, makers, mais également des personnalités qui font avancer la technologie.

Les 4 interventions les plus attendues sont les keynotes de :

BeharY_SpeakersPhoto_Large
Yves Behar, designer – Yves Behar a produit certains des objets les plus innovants jusqu’à aujourd’hui, comme la lampe Leaf, le casque Jawbone, et l’ordinateur portable XO pour l’opération One Laptop per Child (un portable pour chaque enfant).

 

diamandis_peter_photo_large
Peter Diamandis, entrepreneur – Peter Diamandis dirige la Fondation X PRIZE, qui subventionne des projets permettant des « percées radicales pour le bienfait de l’humanité », comme les vols spatiaux, les diagnostics médicaux à faible coût à partir d’appareils mobiles, et le nettoyage des océans.

Pogue_David_Photo_Large
David Pogue, journaliste – David Pogue est le fondateur de Yahoo Tech après avoir occupé le poste de chroniqueur spécialisé en technologie au sein du New York Times.

 

 

15.12.DSC_4903a
Neil Gershenfeld, fondateur des Fab Labs – En tant que Directeur du Cener for Bit and Atoms au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Neil Gershenfeld explore les frontières entre les mondes physiques et numériques.

 

Simultanément, se tiendront plus de 200 sessions de groupe sur des sujets allant de l’automatisation du design et du design électrique à la simulation et à la gestion de données de produit.

Pour suivre l’évènement sur les réseaux sociaux guettez le hashtag #SWW16
Plus d’infos sur le site officiel www.solidworks.com/sww/

Cet article Solid works World 2016 : le grand rassemblement de l’innovation est apparu en premier sur H+ Magazine.

Solid works World 2016 : le grand rassemblement de l’innovation

Les robots, de la science-fiction aux tâches domestiques

 Habituellement réservés au film de science-fiction type Star Wars ou encore Blade Runner, les robots s’imposent progressivement dans l’imaginaire collectif comme une alternative intéressante aux tâches du quotidien. Accueillir les clients, soulever des charges lourdes ou encore apprendre à distance, voici toutes les options que peuvent offrir les robots d’aujourd’hui.
Les robots, de la science-fiction aux tâches domestiques