Le 14 janvier, à Lyon, 19 entreprises futuristes dévoilent leurs innovations

Le 14 janvier prochain, à Lyon, 19 entreprises futuristes vont dévoiler leurs innovations lord de la première édition du congrès « Entreprise du futur », organisé au Centre de Congrès.

En synergie avec l’essor des techniques du numérique et la nécessité de mutation à laquelle sont confrontées les entreprises, le réseau Up Numérique lance la 1re édition du congrès « Entreprise du Futur » dédié aux décideurs de PME/ETI de tous secteurs d’activité. Cet évènement devrait réunir plus de 1 000 dirigeants autour de conférences plénières et de tables rondes pour échanger sur les sujets liés au digital.

À cette occasion, 19 entreprises ayant tiré parti du numérique, présenteront leurs innovations. Qu’il s’agisse d’objets connectés, de robotique, de réalité augmentée ou de service sans contact, un espace dédié proposera un tour d’horizon des sociétés aux idées futuristes et créatrices de valeur :

  • –  Évolution majeure dans le monde des entreprises, la robotique améliore la compétitivité, diminue la pénibilité de certaines tâches et contribue à répondre, avec plus d’efficacité, à certains défis sociétaux. Pour illustrer cette avancée technologique, Adept Technology, Akéoplus, Balyo, Naïo Technologies, Partnering Robotics, Symétrie et Wandercraft feront la démonstration de leurs robots, dans des domaines aussi différents que la santé, la sécurité, l’industrie ou encore la robotique agricole.
  • –  Avec l’exploitation des données comme l’une des premières ressources économiques du monde des affaires, l’Internet des objets est devenu un enjeu stratégique pour les entreprises. Autre atout, il perfectionne les espaces de travail et les services rendus par l’entreprise à ses salariés et bonifie les rapports de l’entreprise avec ses partenaires et concurrents. Conscients que le marché des objets connectés est à l’aube de la prochaine révolution industrielle, Citycare, Awabot et Iskn exposeront leurs dernières innovations.
  • –  Impression 3D : de la nourriture, des organes, des maisons… les imprimantes 3D sont en passe de révolutionner la production de biens. À l’occasion du congrès, les imprimantes 3D de Neoprint 3D seront en action.
  • –  Si la réalité augmentée était autrefois réservée à des activités de pointe, son application professionnelle et grand public tend aujourd’hui à se démocratiser. De nombreux projets émergent et leurs usages révolutionnent le marché, créant de nouveaux métiers. Adaptées aux enjeux et problématiques verticales, Bosch Rexroth, Kalista Solutions Merchandising et Materials Technologies proposent des solutions variées pour les secteurs de l’industrie et de la distribution.
  • –  Expert de l’éclairage LED, Lucibel présentera l’un des premiers prototypes de luminaire LIFI nouvelle génération, donnant accès à internet par la lumière.
  • –  Parce que l’innovation collaborative est devenue une nécessité pour développer la croissance des organisations, et tout particulièrement des PME / ETI qui ne disposent pas toutes, des ressources nécessaires, Usine IO – Axandus, Groupe Zebra, Factoryz et Hopi médical démontrent à travers leurs solutions, comment le fait de s’ouvrir à tous constitue une réelle opportunité pour les entreprises.

Plus d’informations sur www.entreprisedufutur.com

Cet article Le 14 janvier, à Lyon, 19 entreprises futuristes dévoilent leurs innovations est apparu en premier sur H+ Magazine.

Le 14 janvier, à Lyon, 19 entreprises futuristes dévoilent leurs innovations

Zone à longue élongation de CESA Drones à Vendays-Montalivet

La quatrième zone d’essais du CESA Drones vient d’être inaugurée sur Vendays-Montalivet. C’est une première en Europe. Il s’agit du premier périmètre sécurisé dédié aux vols à longue élongation en France.

Après Souge, près de Bordeaux, Dax et Biscarosse, dans les Landes, la zone de Vendays-Montalivet complète l’offre de terrains d’expérimentation offerts aux drones par CESA (le Centre d’essais et de services sur les systèmes autonomes). Il permet des évolutions hors vue (scénario S4 et scénario grande élongation) avec une élongation maximum de 50 kilomètres (distance séparant en ligne droite Vendays du Porge).

Le quatrième terrain de CESA Drones s’inscrit dans le développement de la filière aux côtés de la Fédération professionnelle du drone civil et en coordination avec la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Elle permet de tester, grandeur nature, les applications industrielles des drones. La clientèle principale de ces campagnes d’essais sera essentiellement celle des grands donneurs d’ordre qui éprouvent le besoin de valider leur technologie au cours d’essais réels.

Le premier essai sur la zone de Vendays-Montalivet a été réalisé dans le cadre du projet MIRIAD (Système de mesures scientifiques de flux de surface en milieu maritime embarqué sur Drone) pour le centre de recherche de Météo-France. L’objectif était d’opérer à très basse altitude au-dessus de la mer avec des drones de taille moyenne (<20 kg) capables de mesurer les caractéristiques détaillées de l’atmosphère (aérosols, vent sur les trois axes, rayonnement, pression, humidité et température).

L’enjeu est technologique et scientifique : les échanges à quelques mètres au-dessus de la mer sont encore mal connus en raison d’un manque d’observations. En effet, les mesures des navires de recherche sont difficiles à exploiter, car perturbées par les structures des bateaux et limités par leur vitesse de progression. D’autre part, les avions de recherche ne permettent pas pour des raisons de sécurité d’échantillonner les premiers mètres de l’atmosphère et les zones trop éloignées des côtes (500 km maximum pour les ATR42 utilisé par Météo-France). A terme l’ambition est d’améliorer les modèles climatiques.

cesa-presentation-map

Le drone de grande endurance BOREAL, utilisé à l’occasion du premier essai, a été conçu par la société toulousaine AJS. Ses capacités techniques lui permettant de parcourir à très basse altitude plus de 500 km et d’emporter une instrumentation perfectionnée de plus de 5 kg (compteur de particules, direction et force du vent sur les 3 axes) ont été essentielles dans le choix du BOREAL pour le projet MIRIAD. Elles ouvrent donc de nouvelles perspectives d’observations favorisées par la mise à disposition de la zone d’essais de Vendays-Montalivet.

Plus d’informations sur www.cesadrones.com

Cet article Zone à longue élongation de CESA Drones à Vendays-Montalivet est apparu en premier sur H+ Magazine.

Zone à longue élongation de CESA Drones à Vendays-Montalivet

1 milliard de $ pour faire avancer la recherche sur l’intelligence artificielle

Plusieurs grands noms de la Silicon Valley vont rassembler 1 milliard de dollars afin de financer le groupe de recherche à but non lucratif Open AI, qui cherche a l’intention de développer des projets autour de l’intelligence artificielle avec un “impact positif pour l’humain“.

Elon Musk, fondateur de Tesla et SpaceX, Sam Altman de Y Combinator, le co-fondateur de Linkedin Reid Hoffmann, et Peter Thiel de Paypal ont annoncé leur participation à cette initiative, entre autres. “Il est difficile de comprendre comment une IA dun niveau intellectuel d’un humain va pouvoir bénéficier à la société, et il est tout aussi difficile d’imaginer à quel point cela pourrait être néfaste la société si l’IA était mise au point ou utilisé à mauvais escient“.

Les investisseurs dans l’OpenAI se sont engagés à rassembler la somme symbolique d’1 milliard de $, mais ne comptent dépenser qu’une petite partie de cet argent dans les années à venir. La plupart des participants au projet sont les mêmes scientifiques et investisseurs qui avaient signé la lettre ouverte contre les armes autonomes, pour exprimer publiquement leur inquiétude sur les risques que l’intelligence artificielle puisse un jour prendre le dessus sur l’homme si elle était mal gérée.

Bien que les débouchés d’une telle entreprise soient encore flous, l’objectif est clair : préparer un terrain propice au développement et à la régulation des intelligences artificielles dans le futur pour la sécurité de l’homme. Le groupe de recherche veut être prêt quand le niveau d’une IA aura atteint celui d’un humain.

Ne nous trompons pas de combat et n’oublions pas qu’une intelligence artificielle sera toujours programmée par l’homme, dans un certain but. C’est de cet objectif et donc de l’homme ou de l’organisation à l’initiative d’une IA, dont il faudra se méfier, car ils pourraient être altruistes ou dans certains cas (espérons-les rares…), malveillants.

Cet article 1 milliard de $ pour faire avancer la recherche sur l’intelligence artificielle est apparu en premier sur H+ Magazine.

1 milliard de $ pour faire avancer la recherche sur l’intelligence artificielle