Robotic arm developed for Duchenne patients

Researchers have developed the A-Gear: a robotic arm that can support the daily activities of people suffering the muscular disease Duchenne Muscular Dystrophy. They recently put the final touches to the first prototype for a discreet, body-connected support aid that can be worn under the clothing and that can support independent operation of the arm during important daily activities. Duchenne Muscular Dystrophy occurs in approximately 1 in 5000 live born boys. The muscles of Duchenne Muscular Dystrophy patients become weaker during their life. As a result, boys with Duchenne lose the ability to use their arms until, eventually, they are unable to use them at all.
Robotic arm developed for Duchenne patients

Réglementation 2016 : ce qui change

Le gouvernement a choisi Noël 2015 pour publier dans deux arrêtés, la nouvelle réglementation applicable aux drones civils. Elle met à jour la précédente réglementation établie par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Celle-ci est applicable depuis début janvier 2016 et modifie certaines règles de vol.

Il existe tout d’abord des règles générales pour tous les drones de loisirs, puis des règles plus spécifiques pour les drones pilotés à distance grâce à la vidéo, ou pour les drones autonomes « vol préprogrammé ».

Il est bien sûr interdit de faire voler un drone « au-dessus de l’espace public en agglomération », c’est-à-dire à peu près partout en dehors de son jardin, et sauf dans des zones d’aéromodélisme définies par le préfet. Par contre, il serait maintenant possible de survoler en campagne des zones avec des rassemblements de personnes ou d’animaux, à condition de respecter l’ensemble des autres prescriptions règlementaires.

La nouvelle réglementation interdit de piloter son drone si on est dans un véhicule en déplacement.

La hauteur maximale de vol reste à 150 mètres, mais peut être diminuée à 50 mètres dans certaines zones ; il est maintenant possible de voler jusqu’à 50 mètres au-dessus d’un obstacle artificiel de plus de 100 mètres de haut, par exemple au-dessus d’un immeuble.

drone piloté dans un champ

Pour les drones autonome avec plan de vol ou système follow-me, ils ne devront pas dépasser une hauteur maximale de 50 mètres et à une distance horizontale de 200 m. Il faudra quand même que le pilote ait accès aux commandes d’urgence et soit en mesure de reprendre totalement le pilotage.

Dans tous les cas, le pilote doit conserver son drone dans son champ de vision, mais aussi être capable d’entendre d’autres aéronefs susceptibles de se rapprocher. Les sourds et personnes malentendantes sont par conséquent exclus du pilotage des drones car il faut pouvoir « détecter visuellement et auditivement tout rapprochement d’aéronef ».

Le pilotage des drones hors vue est toujours possible avec l’assistance d’une deuxième personne qui garde le drone à vue. Le drone ne devra pas dépasser une hauteur maximale de 50 mètres et à une distance horizontale de 200 m.

Par contre les nouveaux arrêtés autorisent l’utilisation de la caméra dans le cadre des drones de loisir : « la prise de vues aériennes est possible en aéromodélisme au cours d’un vol dont l’objectif reste le loisir ou la compétition et lorsque les vues réalisées ne sont pas exploitées à titre commercial ». Il faudra toutefois respecter les règles sur la vie privée et il est donc interdit « de filmer une personne se trouvant dans un lieu privé ou d’enregistrer des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel, et ce sans son consentement ».

logiciel de pilotage de drone

Les vols de drones la nuit sont interdits, sauf dans des zones dédiées.

Interdiction de faire des largages depuis un drone, sauf sur des sites d’aéromodélisme identifiés comme tels, dans la limite de 500 g de charge.

Et enfin pour les télé pilotes professionnels, ils ont jusqu’à fin janvier pour mettre à jour leur MAP, ainsi que leur déclaration annuelle d’activités 2015. Mais la cerise sur le gâteau, c’est que jusqu’à nouvelle ordre, les autorisations préfectorales seront ponctuelles et non plus annuelles.

Pour plus d’infos : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Drones-civils-loisir-aeromodelisme

Tibo Châtillon (AMKZ)
Après 10 années d’expérience dans le domaine des drones, il se spécialise dans le développement de solutions de machines sur mesure pour l’agriculture, le sauvetage, le transport…

Cet article Réglementation 2016 : ce qui change est apparu en premier sur H+ Magazine.

Réglementation 2016 : ce qui change

Drone Volt s’envole pour l’Amérique du Nord

Le leader français du drone professionnel vient de lancer sa deuxième filiale à l’international, Drone Volt Canada, en partenariat avec Freeway Prod, spécialiste des prises de vue aériennes.

Créé en 2009 par Christelle Bozzer et Michael Gisselere, Freeway Prod a été parmi les premiers en France à utiliser le drone civil comme outil de prise de vue. Cette entreprise travaille notamment depuis trois ans avec le Tour de France cycliste. Ses images sont diffusées dans 190 pays dans le monde devant 3,5 milliards de téléspectateurs.

Association de savoir-faire

Drone Volt et Freeway Prod ont décidé d’associer leurs savoir-faire pour lancer leurs activités au Canada. Freeway Prod devient ainsi importateur exclusif des productions « by Drone Volt » pour ce pays nord-américain.

Freeway Prod

Pour Christelle Bozzer et Michael Gisselere : « Freeway Prod est très fier d’explorer de nouveaux horizons avec Drone Volt. Nos compétences communes apporteront une innovation certaine dans le domaine de l’UAV. Nous allons ainsi élargir nos horizons tout en continuant à développer nos activités de prestataire audiovisuel en France. »

Drone-Volt-1

Pour Dimitri Batsis, pdg de Drone Volt : « Notre société reste fidèle à ses valeurs : partir à la conquête de nouveaux horizons en s’associant aux meilleurs partenaires possibles. Après le Danemark, cette politique alliant ambition et raison, s’exporte aujourd’hui vers le formidable marché nord-américain avec une première escale au Canada. »

Cet article Drone Volt s’envole pour l’Amérique du Nord est apparu en premier sur H+ Magazine.

Drone Volt s’envole pour l’Amérique du Nord

La Maddy Keynote en 25 tweets

Pour cette première édition de la Maddy Keynote, Maddyness a vu grand, très grand : 9 heures de keynotes et d’échanges streamés, 80 intervenants, 300 entreprises et plus de 1000 visiteurs.

Vous n’avez pas pu y assister ? Voici 25 tweets pour vous rattraper. Pour un résumé en vidéo de la journée, c’est part ici

Merci à Maddyness pour cette journée riche en innovation et parfaitement organisée. On attend avec impatience l’édition de l’année prochaine !

Cet article La Maddy Keynote en 25 tweets est apparu en premier sur H+ Magazine.

La Maddy Keynote en 25 tweets

GeckoSystems veut accélérer ses prises de position au Japon

GeckoSystems Intl. Corp. développe depuis 18 ans une technologie intelligente pour la navigation de robots mobiles pour tout type d’usages (assistance de personnes, surveillance, sécurité…). Son fondateur et président Martin Spencer, vient d’annoncer vouloir accélérer ses mouvements au Japon, compte tenu le climat favorable envers la robotique, instauré par le gouvernement japonais.

Le Japon a besoin de la robotique et le sait depuis longtemps. Le vieillissement du Japon est un vrai problème. En 2060, plus de 40% de la population japonaise aura 65 ans et plus. Le pays considère les robots comme une solution, notamment pour l’assistance aux personnes âgées. Le gouvernement japonais n’a pas injecté directement des fonds publics, mais les grandes entreprises du secteur privé (Honda, Toyota, Kawasaki, Kawada…) ont investi plusieurs centaines de millions d’euros dans la filière robotique. Depuis peu, le gouvernement japonais propose une aide financière à l’acquisition d’un robot personnel d’assistance, qui peut s’élever à 90% du coût mensuel de la location du robot. C’est la sécurité sociale du pays qui prend en charge ces frais.

Ainsi, les propriétaires d’un robot Pepper peuvent se faire rembourser la quasi-totalité du coût de leur abonnement mensuel, qui s’élève à 14 800 yens (soit 116 euros), auxquels s’ajoutent les frais d’assurance de 9 800 yens (soit 77 euros). Soit un remboursement d’environ 174 euros par mois sur un forfait mensuel avoisinant 193 €. Le robot Pepper est en vente depuis le 20 juin 2015 au Japon et connaît un véritable succès. Chaque mois 1000 unités supplémentaires sortent des usines de la Foxconn et se vendent en quelques minutes seulement !

Vérification de Pepper en musique

GeckoSystems veut équiper les robots Pepper de son système de navigation propriétaire GeckoNav™, basé sur une intelligence artificielle et réputé comme l’un des meilleurs au monde. Pour cela, GeckoSystems veut accélérer la création d’une Joint Venture avec une société japonaise dans la robotique, dont le nom n’a pas été révélé.

Je suis heureux d’annoncer que grâce au travail acharné de notre représentant japonais de longue date, M. Fujii Katsuji, nous avons à nouveau réussi à consolider des joint ventures viables au Japon. La dernière en date, est particulièrement importante en raison de la grande expertise en robotique de cette société. Nous l’avons découverte quand nous étions à la recherche des scientifiques ayant la connaissance, les compétences et l’expérience nécessaires pour nous aider nous ainsi que Fulbright Communications, Ltd., dans la migration de notre logiciel de navigation autonome pour robot mobile, GeckoNav™, vers le robot Pepper de SoftBank Robotics” a commenté Martin Spencer, PDG de GeckoSystems Intl. Corp.

L'équipe de GeckoSystems

Spencer commente les récentes cessions de parts dans Softbank aux groupes Foxconn et Alibaba :

Au cours des deux dernières années, le PDG de Softbank, a déclaré publiquement qu’ils avaient dépensé environ 200 000 000 $ pour développer leur Pepper, robot d’assistance à la famille. Récemment, 20% des parts rachetées à l’époque par Softbank à Aldebaran Robotics ont été vendues à Alibaba Group Holding pour 118 000 000 $ l’année dernière. Dans le même communiqué de presse, Softbank a également dévoilé que Foxconn Technology Group avait également acheté 20% des parts pour 118 000 000 $. Un simple calcul montre que le PDG de SoftBank, en revendant 40% des parts, a déjà plus que remboursé les 200 000 000 $ investis pour le rachat complet d’Aldebaran ainsi que le développement du robot Pepper“.

La technologie WCET (Worst Case Execution Time, en français pire cas de temps d’exécution) de GeckoSystems peut équiper tous types de plateformes autonomes tels que les robots, les drones ou les voiture, afin de leur donner la faculté de navigation et d’évitement d’obstacles mouvant ou immobiles, en temps réel. C’est de toute évidence un acteur clé du marché de la robotique mobile à surveiller.

Cet article GeckoSystems veut accélérer ses prises de position au Japon est apparu en premier sur H+ Magazine.

GeckoSystems veut accélérer ses prises de position au Japon