Sydney accueillera la Coupe du Monde de football de robots en 2019

Sydney a été choisi comme ville d’accueil de la Coupe du monde de football de robots, la RoboCup 2019, compétition annuelle où s’affrontent des robots qui sont censés battre l’équipe humaine championne du monde de football en 2050.

La RoboCup est un événement sur six jours qui attire plus de 2000 participants et entre 400 à 600 équipes inscrites. Les règles changent chaque année, afin de challenger toujours un peu plus les ingénieurs. Une fois sur le terrain et au coup de sifflet initial, les équipes n’ont plus le droit de contrôler les robots, qui sont livrés à eux-mêmes et doivent compter uniquement sur leurs algorithmes pour prendre des décisions, bonnes ou mauvaises !

La RoboCup célèbre les avancées en intelligence artificielle et la fabrication de pointe, créant ainsi des emplois passionnants pour les générations futures, tout en générant 7 millions $ d’entrées d’argent pour notre économie“, a déclaré M. Stuart Ayres, le ministre du Commerce, du Tourisme et des Grands évènements.

Pour ceux qui auraient manqué l’édition 2015 qui s’est déroulée en Chine, voici résumé de la Robocup 2015. En 2016, elle aurait pu avoir lieu à Lyon, mais c’est à Leipzig que les robots sont conviés du 30 juin au 4 juillet 2016.

Cet article Sydney accueillera la Coupe du Monde de football de robots en 2019 est apparu en premier sur H+ Magazine.

Sydney accueillera la Coupe du Monde de football de robots en 2019

Wearable equipment supports human motion where and when needed: Easier, faster, stronger, and more enjoyable

A new model of pneumatic muscle and an active type of assistive equipment incorporating this pneumatic muscle has been developed. This wearable equipment, called the Unplugged Powered Suit (UPS), supports human movement without requiring any electronic devices and tanks because it employs a newly developed pneumatic muscle named Pneumatic Gel Muscle (PGM) as an actuator. The UPS improves the quality of life of not only elderly individuals but also healthy people who enjoy sports activities.
Wearable equipment supports human motion where and when needed: Easier, faster, stronger, and more enjoyable

Deus Sex Machina: The Ethics Of Robot Love

Photo credit: Films like Ex Machina explore the bounds of emotional interaction between human and machine. Universal Pictures

There was to have been a conference in Malaysia last week called Love and Sex with Robots but it was cancelled. Malaysian police branded it “illegal” and “ridiculous”. “There is nothing scientific about sex with robots,” said a police chief.

However, others believe there are many interesting and important aspects of intimate robot partners that are worth researching and discussing.

There is a lot of science in Ava and Kyoko, the sexually capable robots in the movie Ex Machina, for example. Concepts raised in the film include the Turing Test and the Mary’s room thought experiment of ANU’s Frank Jackson, among others. Although, inevitably, as is the way of fiction, the robots turn on the humans.

Putting aside the Artificial Intelligence (AI) and robophobic tropes of movies such as Oblivion, Robocop and Transcendence, is there a moral issue when it comes to intimacy with a robot?

Some believe there is. There is a Campaign to Stop Sex Robots, which has called for sex with robots to be banned. The organisation’s argument is that sex robots would reinforce gender inequality. It links to similar arguments made against pornography and prostitution.

However, if you argue that something ought to be banned because it reinforces gender inequality, you would be committed to banning the Iliad or various plays by Shakespeare, or novels by Jane Austen. If this is the objection, one could no doubt develop sexbots that do not reinforce gender stereotypes, either in behaviour or form.

A more salient concern about sexbots might be: what would happen if everyone started bedding bots? What would be the trajectory? Where would humanity end up if these devices proliferated?

Perhaps we’d be in much the same place as we are now. The invention of sex toys has not stopped people getting married and having babies. Slippery slope arguments are intuitively tempting but they need strong gravity and weak friction.

Arguments in favour of sexbots put by proponents, such as David Levy, are that robot prostitutes are a lesser evil than human prostitutes. They will reduce incentives to traffic humans and subject them to the “degradation” of sex work. Robot prostitutes might be safer than human ones, and therefore preferable.

Perhaps the stickiest moral problem is whether sex with a robot would count as adultery. But does an orgasm with a toy count as adultery? A sexbot today might be little more than a programmed artefact, but by 2050, who knows what it might look resemble?

Artificial Bonding

Perhaps a more tractable moral issue in the short term is what Mattias Schuetz, Director of the Human Robot Interaction Lab at Tufts University, calls “unidirectional emotional bonds”. This is where someone falls in love with a robot, but the robot cannot fall genuinely reciprocate the sentiment.

It is well-known that humans affectively bond with robots. People name their robot vacuum cleaners, and even introduce them to their parents by name. Gnarly bomb disposal specialists beg the Baghdad robot hospital to fix their beloved blown-up robots because they have gone through hell together.

One could plausibly program a robot to go through the motions of expressing love. It could gaze at you with robo-dilated eyes, or could hold your hand and smile at you. It could play music like the “Gigolo Joe” character in Steven Spielberg’s movie Artificial Intelligence. It could do all this and yet feel nothing.

With a flick of the head, Gigolo Joe plays music.

It might have an ability to sense your affective states and produce actions that you would interpret as emotions, but inside the robot there would be no feeling, just a Turing machine applying its rulebook to sensory inputs, passing scripted outputs to its actuators.

The robot would act “as if” it loved you, but it would not love you any more than a rock would love you. Is this moral? Should such devices be banned?

Personally, I think not, as long as we understand exactly what we are getting into bed with. People already get into bed with animated yet lifeless artefacts. There are artefacts on the market that enable people to experience orgasms. Are machine generated orgasms as good as the real human deal? Who is to judge? Opinions differ.

I do not see a persuasive case for banning sex toys, whether they are manually or remotely piloted or even embodied and autonomous. However, there is a case for a health warning to ensure people know about unidirectional emotional bonding. Robots may be able to perform sex acts today but it may be decades or centuries before they can return your love.

The Conversation

Sean Welsh, Doctoral Candidate in Robot Ethics, University of Canterbury

This article was originally published on The Conversation. Read the original article.

La première course de voitures entre véhicules autonomes va avoir lieu au UK

Les organisateurs de la Formule E, courses de voitures électriques, a décidé d’aller encore plus loin et d’organiser au Royaume-Uni, la première course de vitesse entre voitures autonomes.

Baptisée Roborace, cette compétition rassemblera des voitures de courses sans pilote dont la vitesse sera limitée à 240 km/h. Peut-être moins spectaculaire que les courses de Formule 1, la Roborace sera un excellent tremplin pour le développement de ce type de véhicules ainsi que pour leur image auprès du grand public.

La saison de Formule Roborace débutera courant 2016 en utilisant les mêmes circuits que les courses de Formule E, à Londres, Beijing et Mexico. Chacune des dix écuries présentes sur la ligne de départ utilisera la même voiture, construite par Kinetik. Ce sont les algorithmes et l’intelligence artificielle développés pour le contrôle du véhicule qui feront la différence.

Denis Sverdlov, organisateur du Roborace a déclaré à SkyNews: “À l’avenir, tous les véhicules dans le monde seront assistés par l’IA et alimentés par l’électricité, améliorant ainsi l’environnement et la sécurité routière. Roborace veut célébrer le niveau qu’a atteint l’homme en matière de technologie révolutionnaire et d’innovation dans ce domaine. Comme pour la Formule E où sa mission était de promouvoir et d’améliorer la technologie pour la voiture électrique, la mission de Roborace est de démontrer les capacités des voitures sans conducteur et de les améliorer à travers le sport.

Aucun constructeur ne s’est encore inscrit à la courses mais les organisateurs espèrent que les grands acteurs du secteur prendront part au championnat : Google, Uber, Continental et Bosh pourraient prendre le départ…

Cet article La première course de voitures entre véhicules autonomes va avoir lieu au UK est apparu en premier sur H+ Magazine.

La première course de voitures entre véhicules autonomes va avoir lieu au UK

Le robot Spencer prêt à guider les voyageurs à l’aéroport

Le robot Spencer est prêt à circuler dans l’aéroport international d’Amsterdam Schiphol aux Pays-Bas. Sa mission : aider les passagers à trouver leur chemin dans l’enceinte et ses nombreux terminaux.

Des tests dans l’aéroport d’Amsterdam vont débuter aujourd’hui et se prolonger tout au long de la semaine. Ce premier test grandeur nature permettra aux constructeurs d’apporter des ajustements avant le vrai test prévu en mars 2016 devant les représentants de la Commission européenne, qui finance le projet. Cinq pays participent à la mise au point du Spencer : la Suède via l’Université d’Örebro, l’Allemagne avec les universités de Freiburg, de Munich et d’Aix-la-Chapelle, les Pays-Bas avec l’Université de Twente, le LAAS (CNRS) à Toulouse pour la France et la Suisse via une spin-off de l’Ecole Polytechnique de Lausanne.

Robot circule dans un aéroport

“Naviguer dans un aéroport est difficile, il y a beaucoup de verre et un environnement en constante évolution en termes d’obstructions temporaires, tels que les chariots porte-bagages et les gens”, explique Achim Lilienthal, professeur en informatique et chef de projet pour l’université d’Örebro.

Spencer est un acronyme de Social situation-aware perception and action for cognitive robots, autrement dit, action et perception d’un environnement social pour les robots cognitifs. Equipé de différents capteurs pour la vision, la reconnaissance de visages, la reconnaissance d’obstacles, Spencer doit être capable de circuler dans un environnement très encombré, de se repérer dans les lieux et de guider ses interlocuteurs.

Les situations les plus compliquées pour le robot sont la détection d’objets qui restent immobiles pendant un certain temps, comme une valise qui peut rester sans bouger tant que le voyageur ne se déplace pas ; ou encore le fait de guider un groupe de personnes et identifier que la totalité du groupe suit les instructions et ne se disperse pas dans l’aéroport.

Robot Spencer et son équipe

Deux sociétés ont pris part au projet : la startup suisse BlueBotics, qui développe entre autres des robots-guides, et la compagnie aérienne KLM. La compagnie néerlandaise constate chaque année que de nombreux voyageurs ratent leur vol parce qu’ils se sont perdus dans les aéroports, et cela engendre des coûts supplémentaires pour la compagnie.

Spencer et les autres robots-guide et d’accueil peuvent être très utiles dans des contextes comme celui d’un aéroport. Spencer peut parler en plusieurs langues, et, connecté à la base de données des vols, il peut communiquer en temps réel des informations très précises aux voyageurs. Sans parler des fonctions de divertissement et du côté trendy que peuvent également apporter les robots. Après les banques, les centres commerciaux et les musées, les robots vont-ils peupler nos aéroports ?

Plus d’informations sur le projet Spencer

Robot européen Spencer

Robot guide dans un laboratoire

Robot d'accueil pour aéroport

Cet article Le robot Spencer prêt à guider les voyageurs à l’aéroport est apparu en premier sur H+ Magazine.

Le robot Spencer prêt à guider les voyageurs à l’aéroport

Au Japon, ouverture d’un magasin de vêtements pour Pepper

Deux japonais complètement fans de la marque Aldebaran ont créé un site de vente en ligne de costumes pour le compagnon humanoïde Pepper. Trop Kawaii !

Tous les mois, le scénario se répète lors de chaque nouvelle mise en vente de robots Pepper : rupture de stock en moins d’une minute. Au Japon on se les arrache littéralement. En France, ils s’introduisent dans nos grandes surfaces. Et chaque jour, Aldebaran constate sa communauté de fans grandir.

Certains débordent d’enthousiasme et ont eu l’idée de créer une boutique d’accessoires et vêtements pour Pepper. Ainsi, les propriétaires de l’humanoïde de 121 centimètres peuvent depuis le mois d’août, personnaliser les tenues de leur compagnon avec des robes et des compléments tout à fait originaux. Cela peut paraître anodin, mais fabriquer un vêtement pour robot est très technique : il faut éviter d’obstruer les capteurs ou ne pas se prendre dans les différentes articulations du robot.

Mitsuru Numata et Rieko Kawauchi sont les heureux créateurs de ce site e-commerce. Ce sont les premiers vendeurs de prêt-à-porter pour robots. Bien qu’ils ne le fassent pas pour l’argent, ils espèrent que leur concept plaira au public et contentera les heureux propriétaires de Pepper.

Une soixantaine de produits sont déjà disponibles sur leur store, dont un kimono rouge vendu à 150 € (le vêtement le plus cher de la boutique), des bijoux, du maquillage… Le magasin accepte les commandes du monde entier. Pour découvrir la future robot de votre prochain Pepper, c’est par ici 😉

Déguiser son robot

Habiller son robot humanoïde

Robot Pepper d'aldebaran en robe

Fringues pour robots

Boutique en ligne pour robots

Vente d'habits pour robots

Habiller son robot Pepper avec vêtements

Boutique de vêtements pour robots

Cet article Au Japon, ouverture d’un magasin de vêtements pour Pepper est apparu en premier sur H+ Magazine.

Au Japon, ouverture d’un magasin de vêtements pour Pepper

Pixiel Drone Systems dans le Top 50 Technology Fast

Deloitte vient de publier son Palmarès des entreprises technologiques en pleine croissance, le Technology Fast 50. Pixiel Drone Systems fait partie du Top 10.

Le Technology Fast 50 met en avant depuis quinze ans les entreprises qui investissent dans l’innovation et qui démontrent leur capacité à croître en France. Pixiel Drone Systems, société nantaise fournissant des solutions applicatives pour drones civils, termine 6ème du classement. Cette position lui vaut donc une deuxième récompense, celle d’être la première société de la jeune filière française des drones civils professionnels à s’introduire dans ce classement Fast 50.

Pixiel Drone Systems développe ses activités dans le secteur des drones civils autour de trois axes. Elle invente et conçoit les briques technologiques innovante qui équiperont les drones professionnels de demain à travers son bureau d’étude et ses équipes de fabrication. Elle a fondé l’Ecole des Métiers du Drone, première école nationale en matière de formation théorique et pratique, de laquelle sort chaque année une centaine de stagiaires formés. Sa branche Pixiel Prestations offre des prestations audiovisuelles et techniques dans le monde entier pour le compte de grands donneurs d’ordre.

Pixiel Drone Systems est en pleine expansion avec une croissance qui s’élève à un taux de 1500 % sur 4 ans. Elle fait partie des 10 acteurs français incontournables du secteur du drone civil professionnel.

Le Technology Fast 50 de Deloitte célèbre les cinquante entreprises françaises ayant connu la plus forte croissance de leurs revenus lors des quatre exercices précédents. Cette année, pour la quinzième édition, 459 lauréats français étaient en compétition. En tête du classement : Slimpay, solution en ligne de prélèvement automatique ; Mailjet, spécialiste en e-mailing ; Crosscall, constructeur de téléphones outdoor. On retrouve en 34ème position la société Medtech qui conçoit des robots assistants pour chirurgiens.

Cet article Pixiel Drone Systems dans le Top 50 Technology Fast est apparu en premier sur H+ Magazine.

Pixiel Drone Systems dans le Top 50 Technology Fast