Amputees can learn to control a robotic arm with their minds

Neuroscientists have shown how amputees can learn to control a robotic arm through electrodes implanted in the brain. The research details changes that take place in both sides of the brain used to control the amputated limb and the remaining, intact limb. The results show both areas can create new connections to learn how to control the device, even several years after an amputation.
Amputees can learn to control a robotic arm with their minds

Sélection de robots, drones et jouets pour Noël

La période de Noël approche à grands pas. Et comme chaque année, les produits « hi-tech » seront en haut des classements des meilleures ventes sur internet comme en magasin physique. Voici une liste d’idées cadeaux pour les curieux de technologies, les adeptes du wi-fi et les accros aux gadgets. Loin d’être exhaustive, elle dresse un panorama des robots, drones, objets et jouets accessibles à tous les types de budgets, entre 15 euros et 500 euros.

R2-D2 de Sphero

R2-D2 Sphero

Après le BB-8, Sphero s’est attaqué à un autre robot phare de la saga Star Wars : R2-D2. Comme tous les jouets de cette marque, R2-D2 est programmable à partir de son application smartphone, ce qui permet aux enfants de programmer le robot pour lui faire faire de nouveaux mouvements et comportements, en plus de ceux préprogrammés. Sphero a soigné les détails en intégrant des haut-parleurs et des lumières LED pour se rapprocher le plus du film. En plus les mouvements sur deux ou trois pieds (pied rétractable !) sont ultra réalistes par rapport au film. Quand la réalité égale la fiction… En bonus : une visite du Faucon Millenium en projection holographique via l’app.

Prix public : 199 €

Jouet Robot R2-D2 et son boîtier

Cozmo de Anki

Cozmo Anki

Ce jouet robot reste l’une des valeurs sûres de ces fêtes de fin d’année. Cozmo est un compagnon du quotidien. Il peut jouer à des jeux, faire des blagues, explorer les environs, vous apprendre à coder. Il est bien plus qu’un simple jouet. Il évolue en permanence au contact des gens qui l’entourent, enregistrent leurs visages et retient les prénoms. Son interaction avec les humains est vraiment bluffante, ce qui fait de lui un véritable robot de compagnie dont on ne se lasse pas après quelques heures d’utilisation, comme c’est souvent le cas avec les robots gadgets. Numéro 1 des ventes Amazon.

Prix public : 169,99 €

Garçon jouant avec le robot Cozmo

Fingerling de WowWee

Fingerling jouet robot

Fingerling est un nouveau jouet robot en forme de petit singe. Accrochez-le à un doigt et il vous accompagne partout en poussant des cris, bougeant sa tête et en réagissant lorsque vous le caressez ou lui parlez. Tapez sur sa tête et le bébé singe Fingerling pour déclencher différentes réactions grâce aux deux capteurs situés sur sa tête. Pendez-le la tête à l’envers par la queue et le singe se met à rire. Caressez-le et il vous fera savoir qu’il est heureux en émettant quelques bruits et en clignotant des yeux. Enfin, faites-le parler en déclenchant l’un des 40 sons préenregistrés selon qu’il est à l’endroit, à l’envers ou allongé en train de faire une sieste. Actuellement n°1 des ventes Amazon dans la catégorie « jouets ».

Prix public : 19,99 €

Enfants avec le jouet Fingerlings

POWERbot™ de Samsung – édition Star Wars

PowerBot Samsung édition Star Wars

Ce n’est pas n’importe quel aspirateur robot. Il s’agit d’une édition spéciale conçue en collaboration avec Lucasfilm et Disney. Les fans de Star Wars vont l’adorer. Le POWERbot de Samsung qui a remporté le prix de l’innovation au CES en 2017, revient sur le devant de la scène avec deux modèles, le Dark Vador et le Stormtrooper. En plus du design, ces robots aspirateurs émettent des bruitages sonores (sabre laser, respiration de Dark Vador, bande-son du film, etc.) pendant qu’ils aspirent la poussière de votre salon.

Ces aspirateurs sont équipés du WiFi, ce qui permet de les contrôler à distance via un smartphone ou des commandes vocales si vous utilisez Google Assistant (ou Alexa d’Amazon quand il sera sorti en France).

C’est non seulement un update au niveau du design mais également au niveau des performances puisque la puissance d’aspiration est 20 fois supérieure à la version précédente.

En précommande : version Stormtrooper 699,00 €, version Dark Vador 799,00 €

Robot Aspirateur Star Wars de Samsung

Dodow : pour vous aider à vous endormir

Dodow pour mieux dormir

Si vous rencontrez des difficultés à vous endormir, cet appareil est là pour vous aider. Dodow est un petit boîtier rond à poser sur sa table de nuit, qui projette un halo de lumière bleue au plafond de manière douce et rythmée. Le but est de synchroniser votre respiration avec la lumière afin de ralentir progressivement son métabolisme, réduire l’activité cérébrale et préparer ainsi le cerveau à dormir.

Prix public : 49 €

Appareil dodow connecté

Furbo Dog Camera, le distributeur de croquettes à distance

Furbo Dog distributeur de croquettes pour chien

Grâce au Furbo, vous allez pouvoir garder un œil sur votre animal de compagnie quand vous n’êtes pas à la maison. Mais Furbo n’est pas seulement une caméra de surveillance, l’appareil permet de récompenser à distance votre animal grâce à son distributeur de croquettes intégré et d’être averti lorsque votre chien aboie via des notifications push sur votre smartphone.

La caméra filme et retransmet sur votre smartphone ce qui se passe chez vous, et les haut-parleurs intégrés vous permettent de parler à votre fidèle compagnon. Le distributeur de croquettes est programmable pour envoyer des friandises à heure fixe ou vous pouvez prendre son contrôle via une application à installer sur votre téléphone ou par commandes vocales via Alexa. Ainsi, vous restez connecté à votre animal de compagnie où que vous soyez et lui envoyez quelques croquettes quand vous êtes en retard ou que vous ne repassez pas par la maison avant son repas du soir. Le PetCube Bites ne remplace bien évidemment pas une présence physique aux côtés de l’animal mais peut vous rassurer lorsque vous le laissez seul pendant un moment.

Prix public : 259 €

Furbo filme et donne une croquette à un chien

Hover 4K Camera Passport

Drone Hover 4K camera

Piloter un drone n’est pas une chose donnée à tout le monde. Le Hover 4K est fait pour tous ceux qui ne veulent pas passer des heures à apprendre à piloter leur engin mais plutôt à profiter des vidéos prises par leur drone en mode auto-pilote.

Le drone récompensé pour son design par le prix Red Dot Design utilise la reconnaissance faciale et corporelle pour voler de façon autonome et capturer des photos et vidéos à 360 degrés de vous dans l’environnement dans lequel vous vous trouvez. D’un simple geste de la main, le Hover prend des photos à tout moment. Lorsque vous ne vous en servez pas, le drone se plie et ne fait plus que 18 cm de large et 3 cm d’épaisseur, de sorte qu’il peut se glisser facilement dans une poche de veste ou dans un sac à dos.

Prix public : 499,95 €

Drone ultra léger pour filmer en 4K

Spectre de TRNDlabs

Drone Spectre

Si l’envie de piloter est plus forte que vous et que vous êtes à la recherche d’un drone de loisir de bonne qualité, possédant une caméra pour prendre des photos, le Spectre de TRNDlabs répondra à vos attentes dans un budget raisonnable. Equipé d’une caméra HD, le pilote peut également voir en direct la vue depuis la caméra du drone (pilotage en FPV).

Le puissant Spectre dispose de quatre hélices et se pilote via Wi-Fi depuis un téléphone iOS ou Android à placer sur la manette de contrôle. Sa portée est donc de 50 mètres. L’application permet de suivre indirect sur son smartphone les images filmées par le drone. Vous pouvez même utiliser ses lumières LED intégrées pour prendre des photos la nuit. Quelques fonctions intéressantes : décollage et atterrissage automatique, verrouillage d’altitude pour faire du surplace et tourner sur lui-même et

Prix public : 149,00 €

Drone Spectre et sa télécommande

Cet article Sélection de robots, drones et jouets pour Noël est apparu en premier sur Humanoïdes.

Sélection de robots, drones et jouets pour Noël

Courses de drones : une IA défie un pilote professionnel

Un drone piloté par une intelligence artificielle développée par la NASA a challengé un pilote FPV (first-person view). Et les résultats sont remarquables.

Le Jet Propulsion Laboratory, le laboratoire de la NASA qui a mis au point le robot Robosimian ou qui synchronise des essaims de drones entre eux, s’est lancé le défi de participer à une course FPV avec un drone piloté par une IA. Depuis deux ans, le JPL menait des essais dans le cadre d’un projet financé par Google sur les systèmes autonomes volants et la vision par ordinateur.

La course qui s’est tenue le 12 octobre était le point culminant de ces travaux de recherche. C’est le pilote Ken Loo qui s’y est collé. Connu sous le nom de FlyingBear, il a participé aux deux premières saisons de la Drone Racing League, un championnat mondial « pro » de courses de drones. Autant dire que le drone de la NASA avait un compétiteur solide en face de lui.

Le drone de la NASA a manqué d’agressivité

L’équipe de la NASA a construit trois drones baptisés Batman, Joker et Nightwing et a mis au point les algorithmes permettant aux drones de voler à grande vitesse tout en évitant les obstacles. Ces algorithmes ont été intégrés à la technologie Tango de Google, sur laquelle JPL a également travaillé. Ces quadricoptères de course peuvent atteindre les 129 km/h en ligne droite, mais sur cette course d’obstacles compacte installée dans un entrepôt de la NASA, ils ne pouvaient atteindre que 48 à 64 km/h avant d’avoir besoin de freiner.

En mode auto-pilote un drone se déplace grâce aux données GPS. Ceci n’est pas possible quand ces appareils évoluent dans des espaces couverts ou des zones urbaines de forte densité. Il en est de même pour les voitures autonomes. Le drone piloté par l’IA utilise des caméras ultra performantes pour suivre sa position et la compare en permanence à celles d’une carte du parcours préalablement chargée dans sa mémoire.

Il a terminé second avec un temps moyen de 13,9 secondes. FlyinBear a bouclé son tour en 11,1 secondes. Le drone piloté par la machine s’est bien débrouillé sur une piste très compacte et a remarquablement négocié les virages serrés mais manquait en agressivité. Cependant, l’équipe de la NASA a tenu à souligner que son quadricoptère avait terminé le parcours avec plus de précision que le pilote humain : « nous avons confronté nos algorithmes à un humain qui vole beaucoup plus au ressenti« , a déclaré Rob Reid, du Jet Propulsion Lab, dans un communiqué. « Vous pouvez voir que l’I.A fait voler le drone avec douceur sur le parcours, alors que les pilotes humains ont tendance à accélérer agressivement, donc leur trajectoire est plus saccadée. »

Humains 1 – Machines 0… pour le moment

Après cette première confrontation, l’avantage revient à l’humain. Mais pour combien de temps ? Rob Reid est convaincu que ce n’est juste que le début : « Nos drones autonomes peuvent voler beaucoup plus vite. Un jour, vous les verrez peut-être courir professionnellement.« . Après les échecs, le jeu de go ou le Rubik’s Cube, la machine dépassera sans doute un jour les pilotes professionnels FPV…

…mais ne les remplacera pas. Suite à cette première course très encourageante, la NASA et Google souhaitent poursuivre leurs recherches afin d’améliorer leur technologie destinée à être utilisée par des drones dans des espaces restreints, et non pas de participer à des courses à la place des pilotes humains. Les technologies de localisation et de cartographie par caméra pourraient permettre de tenir à jour l’inventaire dans les entrepôts ou d’aider aux opérations de recherche et de sauvetage sur les lieux d’une catastrophe. Elles pourraient même éventuellement être utilisées pour aider les futurs robots à naviguer dans les couloirs d’une station spatiale.

Cet article Courses de drones : une IA défie un pilote professionnel est apparu en premier sur Humanoïdes.

Courses de drones : une IA défie un pilote professionnel

Toyota dévoile l’humanoïde T-HR3

Toyota Motor Corporation vient de présenter le T-HR3, un robot humanoïde qui va lui permettre d’explorer de nouvelles voies technologiques pour la gestion et la sécurité des interactions physiques entre les robots et leur environnement, ainsi qu’un système de pilotage à distance innovant qui reproduit les gestes d’un utilisateur sur le robot.

T-HR3 mesure 1,5 mètre de haut, pèse 75 kilogrammes et possède deux mains à 5 doigts. Il reflète le grand intérêt que porte Toyota aux technologies liées à la mobilité des personnes. Le communiqué présente le T-HR3 comme étant une « évolution de la précédente génération de robots humanoïdes musiciens« , créés pour tester le positionnement précis des articulations et les mouvements préprogrammés, vers une « plateforme capable d’assister un humain en toute sécurité dans des contextes aussi variés tels que la maison, les installations médicales, les chantiers de construction, les zones sinistrées et même l’espace« .

La grande famille des Partner Robots

Le T-HR3 appartient à la 3ème génération d’humanoïdes développée par la firme nippone depuis les années 2000. Le premier Partner Robot de Toyota fut présenté publiquement pour la première fois en 2005, lors de l’Exposition internationale spécialisée à Aichi (Japon). Il mesurait 1m48 cm et pesait 40 kilos. Il savait marcher et jouer de la trompette. Quelques années plus tard, en 2007, le Partner Robot 2 prenait quelque centimètres et quelques kilos (1m52 pour 56 kilos), gagnait en souplesse dans ses gestes et apprenait à jouer du violon.

La famille des Partner Robots ne s’arrête pas aux humanoïdes et Toyota a d’ailleurs mis l’accent ces dernière années sur une autre branche, celle des HSR, pour « Human Support Robot« . Il s’agit d’une plateforme robotique articulée pour l’assistance à la personne. Bien plus simple pour la recherche et plus pratique pour une utilisation au quotidien qu’un humanoïde, avec la présentation du T-HR3, Toyota semble ne pas vouloir abandonner ses humanoïdes…

Le mot d’ordre pour cette gamme de robots mettant l’humain au centre des enjeux, est la sécurité des personnes l’utilisant. Que ce soit celle du médecin qui opère, l’aide-soignante qui assiste, le patient qui est traité ou la personne âgée ou handicapée à accompagner. Pour y parvenir, Toyota a mis au point un nouveau système de détection et de contrôle à distance.

T-HR3 : un robot qui s’appuie sur l’humain

Le T-HR3 est téléopéré à partir d’un système de pilotage maître qui permet de manœuvrer instinctivement tout le corps du robot avec des commandes portables (« wearable« ) qui servent à mapper les mouvements de la main, du bras et du pied du robot, et un casque VR pour permettre à l’utilisateur de voir du point de vue du robot. Les bras « maîtres » offrent à l’opérateur toute liberté de mouvement et contrôle des articulations correspondantes du robot. Quant au pied « maître », il permet à l’opérateur, assis dans un siège, de piétiner sur place afin de déplacer le robot vers l’avant ou latéralement.

Grâce à ses 16 systèmes de commande, le module communique directement les mouvements de l’opérateur aux 32 parties du corps du T-HR3, pour une expérience utilisateur fluide et synchronisée. Ces servomoteurs ont été développés en collaboration avec Tamagawa Seiki Co. et NIDEC COPAL ELECTRONICS CORP. Cette technologie permet de mesurer entre autres la force exercée par et sur le T-HR3 lorsqu’il interagit avec son environnement, puis de transmettre cette information à l’opérateur au moyen du retour de force.

Degrés de liberté du T-HR3 de Toyota

Avec le retour de force, ce système de contrôle permet de laisser à l’humain les tâches difficilement programmable chez un robot : la détection, l’anticipation, la gestion du mouvement et la manipulation d’objets. C’est une façon innovante, dans un premier temps, de contourner les principaux problèmes d’autonomie que rencontrent les robots. Toyota pourrait également se servir de cet apprentissage « par la démonstration » pour permettre au T-HR3, dans un second temps, d’enregistrer suffisamment de scénarios et d’expériences pour pouvoir enfin évoluer seul dans n’importe quel environnement, sans l’aide de l’homme.

Toyota n’a pas donné plus de détails sur l’utilisation d’un tel humanoïde. Mais on peut être certain qu’avec le T-HR3, la firme japonaise continue d’explorer les voies de l’autonomie et de mobilité des robots d’aide à la personne.

robot humanoïde Toyota T-HR3 danse avec une fille

Pour le voir de plus près, T-HR3 sera présenté au prochain salon International Robot Exhibition qui aura lieu à Tokyo du 29 novembre au 2 décembre.

Cet article Toyota dévoile l’humanoïde T-HR3 est apparu en premier sur Humanoïdes.

Toyota dévoile l’humanoïde T-HR3