Quand les objets connectés redonnent “la vue” aux personnes déficientes

Grâce à l’écholocalisation, les personnes malvoyantes peuvent situer leur environnement, et c’est de ce constat que sont partis plusieurs entrepreneurs cherchant à améliorer le quotidien des personnes en situation en handicap visuel.

L’écholocation, ou écholocalisation, consiste à émettre des ondes sonores et à écouter leur écho afin de localiser des éléments de notre environnement. Bien connue de nos amies les chauves-souris et de certains cétacés tels que les dauphins, sachez que cette technique est également pratiquée par l’Homme, notamment par ceux dont la vue est déficiente.

En émettant un son (coup de canne sur le sol, petit claquement avec la langue etc.), les personnes atteintes de déficiences visuelles peuvent cartographier l’environnement qui les entoure. Daniel Kish, expert américain en écholocalisation humaine, et atteint de cécité totale, nous dit que l’écho génère une image mentale de l’environnement qu’il décrit lui-même comme des « éclairs de lumière dans l’obscurité totale ».

objet connecté d'écholocation

Sunu, le premier bracelet haptique à ultrasons

C’est pour épauler les personnes malvoyantes que Cuauhtli Padilla Arias et Marco Antonio Trujillo Tejeda, deux chercheurs mexicains de l’institut Tec de Monterrey, ont récemment conçu le bracelet connecté Sunu. Celui-ci embarque un système d’écholocation similaire à celui qu’utilisent les animaux dans la nature. Des ondes à haute fréquence sont émises par un capteur spécifique et rebondissent sur les obstacles qui se trouvent sur la route. Le bracelet peut ainsi prévenir son utilisateur de la présence d’un obstacle.

Sunu appareil connecté pour aveugles

Sunu est donc le premier bracelet utilisant les ultrasons doublés d’un retour haptique au poignet de son porteur. Mais ses créateurs ne se sont pas arrêtés là puisqu’ils ont aussi créé des capteurs spécifiques à fixer sur des objets de la vie quotidienne (clés, téléphone, portefeuille etc.). Le système aidera alors le porteur à localiser ces derniers très rapidement en augmentant l’intensité des vibrations à mesure que l’objet est plus proche.

Bien entendu, les personnes atteintes de déficiences visuelles n’ont pas attendu ce bracelet connecté pour sortir et se promener. Toutefois, grâce à celui-ci, leurs déplacements seront facilités, optimisés. Ils sauront en amont quels obstacles se trouvent sur leur chemin, avant même que leur canne ou leur chien ne leur signifie.

Le brevet de cet objet a été déposé et est actuellement en cours de commercialisation. Une campagne de financement participatif a également vu le jour sur Indiegogo.

BuzzClip, Dot Watch… d’autres appareils qui facilitent la vie

D’autres accessoires connectés sont également en préparation pour les déficients visuels, tel que le BuzzClip, un petit appareil relativement identique à Sunu, qui se fixe aux vêtements et qui, grâce aux ultrasons, détecte les obstacles et prévient le porteur en vibrant. La distance de détection est d’un ou deux mètres, au choix du porteur. Cette version canadienne est disponible en précommande sur Indiegogo, pour une livraison annoncée courant avril 2016.

Buzzclip appareil à ultrasons pour aveugles

Enfin, venue de Corée du Sud et compatible avec les appareils iOS et Android, la Dot Watch est
la première montre connectée en braille. Elle aussi en cours de développement, elle ne permettra
pas aux personnes déficientes visuelles de se contextualiser, mais de lire l’heure et les SMS reçus, dès lors qu’elle sera connectée à un appareil mobile. Disponible en précommande dès
maintenant, elle sera d’abord proposée aux marchés britanniques, coréens et américains en
2016.

montre connectée en braille

De l’art de rendre la technologie utile !

Marine Daeffler (@MarineDaeffler)
Professionnelle de la gestion des ressources humaine et passionnée par l’innovation et ses retombées dans la société.

Cet article Quand les objets connectés redonnent “la vue” aux personnes déficientes est apparu en premier sur H+ Magazine.

Quand les objets connectés redonnent “la vue” aux personnes déficientes