Voitures autonomes : Baidu affiche ses ambitions

Baidu vient d’annoncer le lancement d’une plate-forme logicielle et matérielle pour juillet prochain. L’objectif : devenir une référence pour les acteurs de l’industrie automobile.

Avec son projet Apollo, le Google chinois entre pour de bon dans la cour des grands. Celle des voitures autonomes, un marché très concurrentiel. Avec cette plate-forme de conduite autonome, Baidu vient directement concurrencer Tesla, Google, Uber et consort. « La Chine est le marché mondial de la vente et de la production automobile. Il y a beaucoup de marques de voiture et un environnement ouvert qui est mûr pour la collaboration », affirme Qi Lu, le nouveau directeur général d’exploitation de Baidu, qui investit dans la recherche et le développement des technologies de la conduite autonome depuis 2015.

baidu-voitures-apollo-1

Ainsi, Baidu, actuellement une des plus grandes entreprises technologiques chinoises, a annoncé qu’elle allait mettre son logiciel pour voitures autonomes sur une plate-forme en libre accès où l’application sera disponible pour des concepteurs externes. Une manière pour l’entreprise de tenter de progresser plus rapidement au coeur de la technologie spécialisée pour les voitures sans pilote. Via un écosystème de coopération, Apollo sera ouverte aux ingénieurs travaillant sur divers outils et permettra le partage d’une gamme complète d’innovations telles que la perception des obstacles, la planification des trajectoires, le contrôle des véhicules ou encore les systèmes d’exploitation.

Le projet prévoit que des voitures commencent à utiliser la technologie sur les routes urbaines d’ici 2018, puis sur les autoroutes et autres nationales d’ici 2020. Pour une production de masse courant 2021. Alors que Google cherche à déployer sa technologie Assistant, tout comme Microsoft avec Cortana ou Amazon et son Alexa, Baidu entend ne pas relâcher ses efforts dans cette course contre la montre. La société chinoise a en effet réalisé des tests sur une flotte de véhicules autonomes sur les routes de Beijing fin 2015 et achevé les opérations d’essai fin 2016 lors de la Conférence mondiale sur l’Internet à Wuzhen dans la province du Zhejiang. Et compte bien déployer peu à peu son DuerOs (qui tire son nom de l’assistant virtuel Duer de Baidu), un logiciel déjà utilisé dans des appareils tiers.

« L’internet est juste un apéritif »

Dans cette perspective, Baidu inclurait notamment dans le processus d’innovation les ingénieurs de l’écurie de sport automobile NextEv et le constructeur Chery. « Nous avons pris l’initiative d’ouvrir notre technologie de conduite autonome à l’industrie afin d’encourager une plus grande innovation et des opportunités, afin de mieux utiliser notre technologie pour stimuler l’évolution de l’ensemble de l’industrie. Un écosystème d’industrie ouvert et novateur permettra d’accélérer le développement de la conduite autonome aux Etats-Unis et sur d’autres marchés automobiles développés », confirme Qi Lu. Ce dernier est convaincu que « l’intelligence artificielle possède un potentiel considérable pour stimuler le développement social et l’une des plus grandes opportunités de l’intelligence artificielle, ce sont justement les véhicules intelligents ».

baidu-voitures-apollo-2

Mais l’entreprise chinoise doit cependant faire face à diverses difficultés. Après l’avortement d’une collaboration avec le constructeur automobile allemand BMW, Baidu doit faire face au départ d’Andrew Ng, son expert principal en intelligence artificielle. Par ailleurs, Baidu avait annoncé l’été dernier, en collaboration avec le constructeur américain Ford Motors, un plan d’investissement à hauteur de 150 millions de dollars dans l’entreprise Velodyne, conceptrice notamment de technologies pour l’identification d’obstacles et d’un certain nombre d’applications pouvant soutenir le projet initial.

Selon Li Yanhong, président de Baidu, « l’internet est juste un apéritif. Le plat principal sera l’IA. Dans le futur, les machines seront développées à un point où elles pourront comprendre les humains et leurs intentions ». Les intentions sont claires pour ce géant de l’internet qui a mis en place, en mars, un laboratoire de technologie de deep-learning à Beijing.

Cet article Voitures autonomes : Baidu affiche ses ambitions est apparu en premier sur Humanoïdes.

Voitures autonomes : Baidu affiche ses ambitions