Volocopter promet un taxi-volant électrique et autonome

Suite à une levée de fonds, Volocopter s’est lancée dans la fabrication d’un taxi-volant électrique et autonome.

Fini les embouteillages ? A en croire la dernière levée de fonds de Volocopter, c’est bien possible. La startup allemande vient en effet de lever 25 millions d’euros grâce à de nouveaux investisseurs parmi lesquels figure Daimler, le groupe automobile allemand. Cette somme va permettre l’accélération de la production d’une petite série ainsi que la mise sur le marché du 2X, un taxi volant dont le premier exemplaire de série a été présenté au printemps dernier.

Ce dernier est un aéronef à décollage et atterrissage verticaux (ADAV, ou VTOL en anglais). Plus réaliste que la voiture volante, il est considéré comme l’une des solutions pour désengorger les villes. Muni de 18 hélices, le Volocopter 2X 100% électrique peut embarquer jusqu’à deux personnes. Il possède une autonomie de 27 minutes (50 km/h) et peut parcourir une distance maximale de 27 kilomètres. Son pack de 9 batteries Lithium-ion se recharge entre 40 minutes en charge rapide et 2 heures en charge normale.

volocopter-taxi-volant-1

Pour l’heure, un pilote doit être obligatoirement à bord. Les tests en situation réelle débuteront au cours du dernier trimestre de cette année à Dubaï. Le multirotor électrique devrait alors être capable de transporter à 100 km/h deux passagers à une vingtaine de kilomètres de distance. Grâce à une application dédiée, il sera possible de commander son Volocopter. Sa commercialisation est toujours annoncée pour 2018.

Est-ce le début d’une nouvelle ère ? Seule la capitale des Emirats Arabes Unis semble y croire pour l’instant. Dubaï s’est en effet autoproclamée comme zone d’expérimentations pour ADAV, sous la houlette de la RTA, l’autorité des routes et transports à Dubaï. On sait également que l’émirat de Dubaï souhaite être le premier à exploiter commercialement ce type de taxi-volant autonome. Même le chinois EHang, fabricant de drones, a choisi Dubaï pour mener une série d’expérimentations de son EHang 184, ADAV multirotor à 8 hélices…

Une chose est sûre : la concurrence est vive dans ce secteur qui annonce un marché prometteur. De nombreux grands groupes sont entrés dans la course. A l’instar du géant Airbus qui s’intéresse à ce type de transport volant urbain ou encore Uber qui a édité un livre blanc pour exprimer sa vision sur les déplacements aériens. Sans oublier Larry Page, co-fondateur de Google, qui a lancé et financé Zee Aero et Kitty Hawk, deux start-ups de la Silicon Valley bien parties pour développer ce type d’engins.

Cet article Volocopter promet un taxi-volant électrique et autonome est apparu en premier sur Humanoïdes.

Volocopter promet un taxi-volant électrique et autonome